Pour marquer la fin de l’année scolaire, le membre du gouvernement en charge de l’enseignement a envoyé une lettre aux personnels de l’éducation. André-Jean Léopold y écrit de jolis mots et annonce l’élaboration d’une nouvelle charte pour améliorer le système éducatif. Youpi, l’école est finie.

Malgré les relatifs bons résultats du baccalauréat 2014, avec un Calédonien sur cinq en situation d’illettrisme, 10% des élèves qui quittent l’Ecole sans qualification, une augmentation de la population scolaire dans le Grand Nouméa et les phénomènes de décrochage et de violences qui font parfois la une de l’actualité, l’Ecole calédonienne se retrouve face à d’importants défis. Depuis le transfert de la compétence, le gouvernement détient la responsabilité de l’enseignement primaire et secondaire du territoire et pour la première fois un seul « ministre » gère l’ensemble du secteur. Novice en politique, l’ancien dirigeant de la DDEC, André-Jean Léopold, a donc décidé de marquer la fin de l’année en envoyant une lettre à « toute la communauté éducative » pour y faire part de ses intentions. Or, du côté du Vice-rectorat et de la DENC (Direction de l’Enseignement de la Nouvelle-Calédonie) c’est, semble-t-il, avec circonspection que cette lettre a été reçue. Ainsi, une conseillère pédagogique nous explique par mail :

Voilà trois pages de bons sentiments indigestes et inutiles (…) avec trois couches d’épaisseur

Et de citer quelques exemples savoureux parmi lesquels:

La réussite que nous cherchons à promouvoir (…) doit toujours se fonder sur l’importance de la relation éducative qui s’y instaure, sur le respect de la personne qui grandit et s’y affirme, sur le sens de l’équipe et l’attention la plus humaine accordée aux femmes et aux hommes qui sont chargés de la faire vivre au quotidien (Lettre aux enseignants)

En effet, au-delà d’un texte pétris de bonnes intentions, à l’exception d’un hypothétique service citoyen, aucune mesure ou dispositif nouveau n’est annoncé, si ce n’est que « l’année 2015 s’inscrira dans la continuité du transfert de compétences opéré depuis 2000 » et qu’un projet éducatif calédonien devrait (bientôt) voir le jour…

Projet éducatif : en attente depuis 2001

Depuis plus de quinze ans et l’organisation des « journées de l’école » la Nouvelle-Calédonie a connu une succession presque ininterrompue de colloques, de débats, de rapports et de conférences touchant à l’éducation ou à la formation. Chacun d’entre eux devait aider à construire le fameux projet éducatif calédonien « adapté à la Calédonie et à ses élèves ». Un constat que le membre du gouvernement rappelle de façon légèrement alambiquée dans sa lettre :

Les diverses analyses et constats effectués ces dernières années convergent vers une série d’orientations qui structureront fortement l’action du secteur de l’enseignement du gouvernement (Lettre aux enseignants)

Une manière comme une autre de dire que le gouvernement va se servir de ce qui a été fait précédemment pour faire ce que les autres n’ont pas vraiment fait précédemment. Mais pour en faire quoi ? Et bien une charte pardi !

Nous allons construire pour notre pays un projet éducatif calédonien porté par une charte scellant nos engagements (Lettre aux enseignants)

Mais que contiendra donc cette charte tant attendue dans les salles de classe ? Selon cette conseillère pédagogique : « Des mots, beaucoup de mots et… c’est tout » et parmi ceux-ci, la missive du gouvernement en liste déjà quelques-uns et ils sont très jolis :

Accueil sécurisant et bienveillant des élèves (…) développement harmonieux de la petite enfance (…) approches différenciées (…) mise en synergie des autres apprentissages (…) pratiques pédagogiques diversifiées (…) personnalisation des parcours (…) innovations pédagogiques liées aux expérimentations (…) professionnalisation des personnels (…) révolution numérique (Lettre aux enseignants)

Ayant réussi à inscrire dans une lettre de trois pages tout le glossaire du pédagogisme qui a tant réussi à l’école de la République depuis ces 30 dernières années, André-Jean Leopold propose évidemment la création d’un « observatoire dédié à la réussite éducative ». Il faut savoir que celui-ci n’existait pas en Nouvelle-Calédonie et certains, notamment du côté des inspecteurs du Vice-rectorat, se sont benoîtement demandés à la lecture de sa lettre « Mais comment l’école a-t-elle pu vivre jusque-là sans une telle structure? Merci André-Jean ! »

Pour consulter la lettre cliquez-ici

PARTAGER
Article précédentHacking sur le Web Calédonien
Article suivantLionel Jospin sage parmi les sages
Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Max98
Etonnant qu’un ancien directeur de la DEC devienne ministre de l’enseignement public ! Mais bon c’est fait. Nonobstant c’est 3 pages sont déjà celles d’un homme politique. Il n’y a rien dedans. Rien, nada ! Faut-il rappeler ce qui a été fait avant : Colloque « Pour une école de la réussite en N.C » en 2002. Etudes, analyses faites d’ailleurs essentiellement par l’enseignement privé. Un travail de haute teneur, des intervenants de qualité.  Cette étude ne fut jamais suivi réellement d’effet. Merci à tous ceux qui avaient donné du temps et de leur énergie !!! Que notre ministre n’oublie pas que… Read more »
Inforétif

« Que la langue maternelle de la plupart des élèves n’est pas le français »

Combien d’heures/jour de télé en français et combien d’heures/jour de conversation en une des langues kanaks ?
On n’est plus en 1950, Max98.

melkoni

Pleine de bons sentiments cette lettre, dans le fond, on pourrait faire confiance… Mais on sait très bien que passés ces vœux « pieux »,  les établissements scolaires n’auront jamais les moyens tant financiers qu’en personnels pour aller plus loin.

sophie998

Il est regrettable que la conseillère pédagogique qui donne son point de vue ne donne… que le sien !!! Qui ne représente en aucun cas la majorité des partenaires de l’éducation en NC. Et si on essayait de faire avancer les choses pour une fois au lieu de critiquer sans rien apporter de concret ?

Dylan
Moi je connais un étudiant à Paita au LP Champagnat. Il me dit qu’il y a une petite équipe de profs qui se défoncent pour eux mais que derrière personne ne les soutien. La DDEC veut et oblige ses enseignants à donner encore plus mais quand des professeurs du LP Champagnat sont prêts à faire plus on les bloquent. Ce lycée est le prochain après Bourail qui fermera. Oui car le LP P Gueneau fermera un jour…. A Paita, on y parque de la Racail, sa fume le cannabis dans la cours du lycée etc doivent se démerder et personne… Read more »
NoComment

Moi ça ne me pose pas de problème qu’un toujours laïc mais ex_patron de la Dec gère tout cela.Je me demande juste le sort qu’il réserve à l’enseignement catho, disparition, absortion ou mise en valeur de ces spécificitésaprès les mots, les actes, nous verrons bien là sa cohérence d’homme de conviction ou si la politique l’a corrompu

Inforétif
« un toujours laïc mais ex_patron de la Dec » Toujours laïc, pas vraiment laïque, cf à RFO en 2012, ce qu’a dit l’homme aux 2 paires d’yeux : « Je disais autrefois de façon un petit peu ironique et provocatrice que l’enseignement catholique a beaucoup de conscience et peu de moyens alors que l’enseignement public a beaucoup de moyens et peu de conscience. http://www.dailymotion.com/video/xvwlbb_andre-jean-leopold_news Ce qui rappelle un certain Sarkozy en 2007 au Latran : « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur,… Read more »
Inforétif

« Je me demande juste le sort qu’il réserve à l’enseignement catho, disparition, absortion ou mise en valeur »

Disparition, sans aucun doute, mon cher NoComment…
Entre vous et le fossile vivant Nautile, on est pas gâtés : Marx, reviens, ils sont devenus fous en Calédonie !

Nautile
Il faudrait savoir ce que l’on veut. Il y a des améliorations à papoter à notre système éducatif, personne ne peut le nier.le membre du GVT, en charge du secteur, essaie de faire bouger les choses en y impliquant le plus possible de personnes concernées par l’éducation de nos enfants. Au lieu de lld soutier dans sa démarche, on se gausse, on le critique.S’il n’avait pas pris le dossier à bras le corps, on lui aurait reproché de ne rien faire.La critique est facile et l’art est difficile. Vous les grincheux, donnez vous vos solutions, faites des propositions, vous vous… Read more »
decennie

LE DESERTIFICATEUR En tant que président je vous fais une lettre

Que vous lirez peut être

Si il fait mauvais temps

Je viens de m’apercevoir

Qu’on ne peut pas être fier

Instruire on n’sait pas faire

Mais bon y’a qu’a l’faire croire

Je suis le président

J’mérite mon gros salaire

Je suis sur cette terre

Pour détruire vos enfants

Pas besoin d’éduquer

Toute façon c’est la crise

La décision est prise

2015 faut recommencer

Inforétif

C’est quand même pas courant qu’un directeur de l’enseignement catho devienne « ministre » de tout l’enseignement. Encore une spécificité lokale ce mélange des genres, sans doute.
Sinon bouffer autant de papier pour exprimer sa volonté de promouvoir la révolution numérique, c’est sacrément paradoxal et pas du pain béni pour la forêt; heureusement que son collègue Lecren compense en reboisant comme un forcené, 24 heures/24 et bénévolement, en plusse.

Nautile

En quoi cela vous dérage qu’un ancien directeur de l’enseignement privé soit membre du gouvernement ? Du moment qu’il a la compétence pour tenir ce poste, où est le problème ?  Vos critiques sont stériles.Nautile

Inforétif
Simple question de principe (et de bon sens, cher Nautile) : cet homme avant d’obtenir ce poste n’en finissait pas de réclamer et obtenir des subventions publiques pour l’école PRIVÉE (catholique ou pas, on s’en fout). C’est pas malin de lui donner maintenant la clé du coffre. Je veux bien à la rigueur qu’il existe des écoles privées, même si ça heurte mon idée de la nécessité d’un creuset commun pour l’éducation des élèves. Mais le minimum c’est alors qu’elles se financent elles-mêmes, pas avec mes impôts. Ou alors on les intègre au public et elles deviennent publiques. Vous trouvez… Read more »
gadjo
l enseignement catholique est une usine a fabriquer des looseurs . deja pour commencer les parents qui arrivent a l inscription en claquettes ou pieds nus , les mamans qui rentrent en salle d attente avec lunettes de soleil et chewing gum a la bouche ce qui leur donne un air de petasse (elles se reconnaitront) feraient mieux de donner l exemple aux enfants et aux enseignements debraillés de ces ecoles en ayant un aspect correct , quand on apprends a nos enfants la discipline et qu on est obligé de les envoyer dans ces gourbis on se demande qui… Read more »
gadjo
l ecole caledonienne c est un foutoir sans nom , pour commencer les ecoles d enseignements professionnels sont payantes ce sont les fameux etablissements de l enseignement catholique : UN VRAI BORDEL et cher en plus : la plupart des gosses sont en echec , les quelques qui viennent en esperant s intruire dechantent vite et attendent tant bien que mal la fin de l année scolaire . on en finit par ne plus rectifier les erreurs et les inversions et on se contente des bulletins ou les moyennes sont fausses et le nombre d absences et decalé par rapport… Read more »
Nestor

bien  résumé ! un élève  sur  cinq  est  impliqué  pour  étudier  le  reste    glande  ou déserte , c’est  visible  en  seconde . exemple  le PLMC de  PAITA

wpDiscuz