Même face aux éléments déchainés, le journaliste de Nouvelle-Calédonie 1ère ne perd pas son sang-froid. Invité par Koodji-TV aux désormais traditionnels messages de vœux de fin d’année, Gonzague de la Bourdonnay ne s’est pas laissé impressionner par les bourrasques de cet été :

Un peu à l’image de ce qui nous entoure, je souhaite une année qui décoiffe pour tous les Calédoniens

Rédacteur en chef du secteur numérique de NC 1ère, Gonzague de la Bourdonnay suit au jour le jour, et parfois heure par heure, l’actualité calédonienne. Or, à son gout, celle-ci a été en 2014 « un peu trop politique ». Ainsi, il souhaite que l’année prochaine, les choses changent de ce côté-ci :

Je souhaite que l’année 2015 soit un peu moins politique et un petit peu plus tournée vers la solidarité, vers les échanges, les personnes qui composent ce pays

Espérons qu’avec l’arrivée de la 4G et la généralisation de l’utilisation des smartphones et des réseaux sociaux, l’avenir lui donne raison. Reste que les nouvelles technologies sont au service de l’information et que ce sont bien les journalistes qui la transmettent. Un constat déjà effectué par la succursale locale de France Télévision qui a, en 2014, massivement investi pour s’adapter à l’internet.

Je vous souhaite Le meilleur pour cette année 2015 qui va démarrer en beauté, vous voyez ça souffle déjà là !!

Le souffle du changement dans l’information ? Comme le disait notre regretté Thierry disparu cette année : « voire… »


PARTAGER
Article précédentThibaut Bizien « Un monde un peu plus humain ! »
Article suivantKNS : plus d’un demi-milliard de perte ?
Jeune internaute tout frais sorti d'un œuf de la discorde, Machiavel à la plume alerte des jeunes pousses. Techno-connecté, s'exprimant sur tous les réseaux sociaux, Machiavel représente cette génération 2.0 qui occupe naturellement le Net. Marqué à droite, ses premiers écrits tranchent avec le politiquement correct habituel en Calédonie. A n'en pas douter, au fil du temps, le plus jeune de nos contributeurs saura prendre sa place parmi les "grands".

AUCUN COMMENTAIRE