Jean-Jacques Brot : « Qu’on remette tout à plat »

27
10 305

Jean Jacques BROT vale nc

Présent lors de la réunion d’information sur Vale-NC, le Haut-commissaire est revenu sur le projet d’arrêté de reprise de l’usine ainsi que sur les évènements des derniers jours. Il propose de durcir l’arrêté et d’inscrire la question du maintien de Vale au comité des signataires.

Chahuté, à l’instar de Philippe Michel, par les partisans d’une fermeture du site industriel de Vale, le représentant de l’Etat s’est étonné au micro de Koodji-TV de cette demande :

Il faut savoir ce qu’on veut. On peut entendre des gens qui remettent en cause l’existence même de l’industrie de la mine. C’est audible et respectable, simplement faut y aller franco et tout mettre à plat (…) Il y a un conflit de génération. Des jeunes en particulier qui sont à fond dans la société de consommation nous disent « il faut fermer l’usine » ; Il faut qu’ils fassent un choix ! Il fallait le poser avant les provinciales, il fallait présenter une liste pour une forme d’économie plus paisible, plus agreste, plus « pêche, nature et tradition », mais il fallait le dire avant le 25 mai (…) au grand jour devant l’opinion publique et les électeurs. 

Évoquant les améliorations substantielles des mesures de contrôle et de garantie dans un calendrier précis, Jean-Jacques Brot entend, si l’industriel se plie aux demandes de la province sud, des coutumiers et de l’Etat, inscrire le sujet de la place de Vale à Goro lors du prochain comité des signataires.

La question du Nickel est cruciale en Nouvelle-Calédonie (…) On part d’une question environnementale grave qui révèlent ou réveillent des violences non-traitées et qui percutent sur les principes même de l’accord de Nouméa en matière de stratégie Nickel pour le pays. J’ai entendu que le Président Michel allait faire une étude sur les conséquences de la fermeture du site. Je considère que cette question est tellement grave qu’elle doit être discuté dans le cadre du comité des signataires, Raphaël Mapou l’a rappelé : c’est un choix de société

Interpellé par un participant à la réunion quant aux troubles ayant eu lieu à Goro, le Haut-commissaire a ensuite rappelé la position de l’Etat :

La liberté de manifester existe jusqu’à un certain point, ensuite force doit rester à la loi pour que les gens puissent vivre, aller et venir

Quant aux responsabilités de l’industriel, Jean-Jacques Brot s’est montré pour le moins critique vis-à-vis de la gouvernance de la multinationale:

Je souhaite vraiment qu’on durcisse le projet d’arrêté pour y inscrire une clause de revoyure, évidemment à l’intérieur des deux mois, de sorte que si les choses ne sont pas faites : on ne reprend pas le projet de redémarrage (…) Il y a eu des problèmes graves de Management (…) Il s’agit d’une portion de la France mais aussi d’une terre de culture kanak, il faut tenir compte de cette réalité et je ne suis pas sûr que Vale ait pris en compte cette dimension 

Se félicitant du déroulé de cette réunion d’échanges a souhaité qu’elle puisse se renouveler dans le même format.

Il faut que la parole se libère et que toutes les parties soient présentes et s’expriment 

PARTAGER
Article précédentLa Brousse En Folie – LE JEU
Article suivantLes générations du congrès
Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Proposition
Les troubles suscités par la dernière fuite d’acide de l’usine de Goro révèlent a priori des enjeux et des problèmes anciens et profonds qui traversent les familles et les clans Kanak du sud et plus particulièrement ceux domiciliés à Saint Louis. Le sujet est d’importance et il serait dommage que la parole qui a commencé à se libérer ces derniers jours soit de nouveau étouffée.Par ailleurs, les différents accidents qui ont eu lieu à l’usine de Goro au fil des ans suscitent de réelles craintes chez de nombreux citoyens, y compris chez des personnes ayant un intérêt immédiat à la… Read more »
Jan-Loupe Pahune
Wamytan est évincé des postes à responsabilité. Plus de gros chèque en bon argent français, plus de secrétaires ni de voitures de service, plus de Frogier pour le nommer Président, lui, le représentant des moins nombreux (comme dans une dictature)… Alors il a lâché les chiens avec ordre de tout casser, sous prétexte d’une écologie qu’ils ne respectent pas. Qui, en calédonie, jette ses poubelles, ses canettes, ses bouteilles vides partout ? Qui picole en conduisant et jette ses boites par la fenêtre des voitures? Vous le savez comme moi… Se revendiquer de l’écologie et de la protection du pays… Read more »
kristalyn2

Ce n’est pas nouveau. depuis longtemps ce fossé existe entre coutumiers et jeunesse, sinon on en serait pas la aujourd’hui… et avec le canabis et l’alcool aidant j’avoue que la coutume mélanésienne dans son ensemble ne survivra que dans son nom. que l’autorité coutumière joue son rôle afin de redonner à la jeunesse mélanésienne sa vraie identité au lieu de la laisser se travestir comme des enfants sans tradition et sans culture.

antonini

 est ce que cette fameuse fuite d’acide ,n’aurait pas étais provoqué par un incompétent ,ou même volontairement ,pour en arrivé a foutre le bordel !!!

memory

Que deviennent les DEUX MOIS de « réflexion »…  Terre de parole?On joue avec le feu. Bon dimanche à tous.

apox
je reprends les propos de « decennie ». C’est à dire quand on installe un complexe comme celui de Vale, qui plus est avec une technologie assez pointue et peu utilisée, il faut des GENS COMPETENTS pour y travailler, diriger,avoir le recul nécessaire soit par l’expérience et surtout par la formation pointue que le site exige. Ne pas embaucher des gens parce qu’ils sont cousins, frères ou copains!!! Quand des problèmes surgissent on dit : « Vale est en tord, certes d’une manière c’est vrai, mais on devrait donner plus de détails sur le « comment c’est arrivé »! Si c’est un ingénieur qui a… Read more »
Bigfoot

Et ouais, comme d’hab’: on gueule, on râle et on en branle pas une. Et quand y’a un problème ou un « changement », alors là: « Cà va chier, putain » …………….

Fromage Qui Pue

Si le haussaire écoute Mapou, cette quenelle, on est mal barré.

Tema

« Liberté de manifester » j’appelle pas ça une manifestation mais une prise d’otage.

Pére Béber

meuh non, formaté à la novlangue il sait  bien que détruire un Mac Do ça s’appelle démonter un Mac Do….

Jules
Il a une liberté de pensée et d’expression assez peu communes, notre haussaire! C’est quand même dommage qu’il en ait fallu arriver à ces dramatiques incidents qui ont tant exaspéré les Montdoriens pour qu’on découvre enfin que 6 ou 7 accidents de parcours graves à l’usine Vale, depuis son installation, c’était trop. Donc usine arrêtée pour un ou deux mois, au moins, si j’ai bien compris… Avec des conséquences aussi dramatiques pour ceux qui y travaillent. Mais il était peut-être temps aussi que Vale s’aperçoive qu’ici, c’est pas le Brésil… Tant que les industriels choisiront de payer des milliards de… Read more »
Professeur Tournesol
Bonjour, »Tant que les industriels choisiront de payer des milliards de dégâts, à Vale comme à la mine Ballande, plutôt que de les consacrer à la sécurité, au respect de l’environnement et à l’intérêt des populations concernées, on restera dans la logique inhumaine et cynique de la finance internationale ». Et malheureusement, un fois de plus comme quasiment partout dans le monde, ce sont les troupes gonflées des jusqu’auboutistes exaspérés qui obtiennent quelques résultats. Et les jeunes qu’on a vu à la TV ne ressemblent pas aux brutes avinées ou cannabisées qu’on nous a dépeintes : ils savent ce qu’ils veulent. Alors,… Read more »
Grognon

Il vaut mieux tard que jamais ! Depuis une décénie que l’usine est en place il faut  que ce soit les jeunes  et le haussaire (importé!) qui fassent le constât de la non prise en compte de l’environnement !Pourtant tous nos politiques avaient été informés par madame Cornaille !

Sagamore

T’as raison ! Les risques sulfuriques étaient évidents dès la conception du bazar; et l’obstruction « anti environnement » a commencé vers 1996, avant Goro Ni. du temps de Lafleur… Même qu’à l’époque, des journalistes* se sont faits virés de LNC sur ce sujet. (On a des noms…)

*Le procédé de lixiviation sulfurique est une vraie catastrophe environnementale à Cuba…

wpDiscuz