Discours d’un homme providentiel Kanak

77
10 814

P1010340

[sws_yellow_box box_size= »100″] J’ai longuement réfléchis avant de publier cet exercice de style, d’un autre coté comment le faire à un autre moment qu’en cette date du 28 Août… Certains comprendront, d’autres pas… (FRANCK) [/sws_yellow_box]

Je suis heureux de pouvoir être ici avec vous aujourd’hui, à la lecture d’un billet dont on se rappellera comme étant le plus grand article pour la liberté dans l’histoire de la Nouvelle-Calédonie.

Il y a 28 ans et 277 jours, un sage kanak, à l’ombre de qui nous sommes aujourd’hui, a parlé pour l’avenir de notre Pays. Ce discours capital est arrivé comme une grande lumière d’espoir pour les milliers de kanak qui avaient été brûlés par les flammes de l’injustice qui consume. Il est venu comme une aurore joyeuse pour terminer la longue nuit de leur captivité.

Mais, presque vingt-huit ans plus tard, le kanak n’est toujours pas libre; cent soixante treize ans ans plus tard la vie du kanak est toujours tristement handicapée par les menottes de la colonisation et les chaînes de la discrimination; 28 ans plus tard, le Kanak vit isolé sur une île d’indigence au milieu d’un vaste océan de prospérité; 173 ans plus tard, le Kanak languit toujours dans les coins de la société française et il se trouve en exilé dans sa propre terre.

Nous sommes donc venus ici aujourd’hui pour dramatiser une condition honteuse. Dans un sens, nous sommes venus à Nouméa, la capitale de notre pays pour toucher ce qui nous est dû. Quand les architectes de notre république ont écrit les mots magnifiques de la Constitution et de la Déclaration des Droits de l’Homme, ils ont signé un billet à ordre, dont tous les Français devaient hériter. Ce billet était une promesse qu’à tous les hommes, oui, les hommes noirs aussi bien que les hommes blancs, seraient garantis les droits inaliénables de vie, de liberté, et de poursuite du bonheur.

Il est clair aujourd’hui que la France a manqué à ses engagements en ce qui concerne ses citoyens au sang kanak. Au lieu de faire honneur à cette obligation sacrée, la France a donné au kanak un chèque sans provisions; un chèque qui nous est revenu marqué « fonds insuffisants ». Nous refusons de croire que la banque de la justice soit en faillite. Nous refusons de croire qu’il y ait des fonds insuffisants dans les grandes chambres fortes d’opportunité de cette nation. Par conséquent, nous sommes venus ici pour encaisser notre chèque, le chèque qui nous donnera sur demande les richesses de la liberté et la sécurité de la justice.

Nous sommes venus à ce lieu sacré pour rappeler au peuple français l’urgence extrème du présent. Ce n’est pas le moment de nous adonner au luxe de nous détendre ou de nous contenter de la drogue tranquillisante d’une solution graduelle. Il est temps maintenant de rendre réelles toutes les promesses de la démocratie; il est temps maintenant de quitter la vallée sombre et désolée de la colonisation pour nous avancer vers le sentier brillant de la justice raciale; il est temps maintenant d’aider notre nation en construction à se dégager des sables mouvants de l’injustice raciale pour l’installer sur le roc solide de la fraternité; il est temps maintenant de faire que la justice devienne une réalité pour tous les enfants de Dieu. Ce serait une erreur fatale pour la nation de refuser de voir l’urgence du moment. Cet été étouffant du mécontentement légitime du Kanak ne finira pas jusqu’à ce qu’arrive un automne vivifiant de liberté et d’égalité.

2014 n’est pas une fin, mais un commencement. Et ceux qui espèrent que le Kanak avait besoin de passer sa colère et qu’il est maintenant satisfait, auront un rude réveil si la nation revient à sa routine. Il n’y aura ni repos ni tranquillité en France jusqu’à ce que le Kanak obtienne ses droits de citoyenneté. Les tourbillons de la révolte continueront à ébranler les fondements de notre nation jusqu’à ce que le jour clair de la justice se lève à l’horizon.

Mais il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, qui a le pied sur le seuil attrayant qui mène au palais de la justice. Tout en cherchant à obtenir la place qui nous est dûe, nous ne devons pas être coupables d’actions mauvaises. Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant dans la tasse de l’amertume et de la haine. Nous devons pour toujours conduire notre lutte sur un plan élevé de dignité et de discipline. Nous ne devons pas laisser nos revendications créatrices dégénérer en violence physique. Encore et encore, nous devons nous élever jusqu’aux hauteurs majesteuses où l’on réfute la force physique avec la force de l’âme.

L’esprit militant, nouveau et merveilleux, qui a pénétré la communauté Kanak, ne doit pas nous amener à manquer de confiance en tous les Blancs, parce que beaucoup de nos frères blancs, comme le prouve leur présence ici aujourd’hui, se rendent maintenant compte que leur destinée est liée à notre destinée, et ils sont arrivés à la réalisation que leur liberté est inextricablement liée à notre liberté. Nous ne pouvons pas cheminer seuls. Et en cours de chemin, nous devons promettre que nous marcherons toujours de l’avant. Nous ne pouvons pas retourner en arrière.

Il y a ceux qui demandent aux partisans des Droits Civiques, »Quand serez-vous satisfaits? » Nous ne serons jamais satisfaits tant que le Kanak sera victime des horreurs indicibles de la brutalité de la police; nous ne serons jamais satisfaits tant que nos corps, lourds de la fatigue du voyage, nous ne pourrons pas obtenir un logement dans les beaux endroits au sud de Nouméa; nous ne serons pas satisfaits tant que la mobilité essentielle du Kanak consistera à aller dans un squat plus petit à un autre plus grand; nous ne serons jamais satisfaits tant qu’on dépouillera nos enfants de leur amour-propre et tant qu’on les privera de leur dignité avec des pancartes qui déclarent: « Tenue Correcte Exigée. » Nous ne serons pas satisfaits tant que le Kanak du fin fond de la tribu ne pourra pas voter, et le Kanak de Nouméa croira qu’il n’a rien en faveur de quoi il peut voter. Non! Non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits jusqu’à ce que « la justice dévale comme un torrent et le droit comme un fleuve puissant. »

Je n’ignore pas que certains d’entre vous sont venus ici après de grandes épreuves et tribulations. Quelques-uns parmi vous sont récemment sortis de prisons étroites. Quelques-uns parmi vous sont venus de régions où, dans votre quête pour la liberté, vous avez été meurtris par les cyclones de la persécution et rendus chancelants par les vents de la brutalité de la police. Vous êtes les vétérans de la souffrance inventive. Continuez à travailler dans la foi que la souffrance non méritée est rédemptrice. Retournez aux Iles; retournez en Brousse; retournez Dans le Nord; retournez au Phare Amédée; retournez à la Bodéga; retournez aux bas quartiers des squats de la ville sachant que, d’une manière ou d’une autre, cette situation doit être et sera changée! Ne nous vautrons pas dans la vallée du désespoir!

Donc, mes amis aujourd’hui je vous dis que quoique nous devions faire face aux difficultés d’aujourd’hui et de demain, j’ai tout de même un rêve. C’est un rêve qui est profondément enraciné dans le rêve français. Je rêve qu’un jour Kanaky Nouvelle Caledonie se dressera et fera honneur à la vraie signification de son credo: « Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux. » Je rêve qu’un jour sur les collines rouges de Poya, les fils des anciens broussards et les fils des anciens chefs pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité. Je rêve qu’un jour, même Nouméa, une ville qui étouffe dans la fournaise de l’injustice, qui étouffe dans la fournaise de l’oppression, sera transformé en une oasis de liberté et de justice. Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau, mais à la mesure de leur caractère.

J’ai Un Rêve Aujourd’hui!

Je rêve qu’un jour, au fin fond de Nouméa Sud, avec ses racistes pleins de haine –avec son Maire des lèvres de qui dégoulinent les mots de l’interposition et de la nullification–un jour, même là, A Nouméa, les petits garçons kanak et les petites filles kanak pourront aller la main dans la main avec les petits garçons blancs et les petites filles blanches, comme frères et soeurs.

J’ai Un Rêve Aujourd’hui!

Je rêve qu’un jour, chaque vallée sera rehaussée et chaque colline et chaque montagne sera aplanie, les aspérités seront nivelées et les endroits torteux seront rendus rectilignes, et « la gloire de Dieu sera révélée et tout ce qui est chair le verra ensemble. »

C’est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Nord. Avec cette foi nous pourrons tailler dans la montagne du désespoir, la stèle de l’espoir. Avec cette foi, nous pourrons transformer la cacophonie des discordes de notre nation en une belle symphonie de la fraternité. Avec cette foi, nous pourrons travailler ensemble, prier ensemble, lutter ensemble, aller en prison ensemble, défendre la cause de la liberté ensemble, sachant qu’un jour nous serons libres. Et ce sera le jour, ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter avec une signification nouvelle: »Ma patrie c’est toi, douce terre de liberté, c’est toi que je chante. Terre où mes aïeux sont morts, terre fierté du Pélerin; que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté. » Et si le destin de la France est d’être une grande nation, tout cela doit devenir vrai.

Que la liberté retentisse donc des collines prodigieuses de Koné jusqu’aux imposantes montagnes du centre. Que la liberté retentisse du sommet des majesteuses Falaises de Dohkin. Que la liberté retentisse des pics hérissés de la Poule de Hienghène. Que la liberté retentisse des versants mamelonés du Mont-Dore. Mais non seulement cela. Que la liberté retentisse du haut du Ouen-Toro. Que la liberté retentisse du haut du Phare Amédée. Que la liberté retentisse de chaque colline, et des moindres monticules de la côte Ouest. « Que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté! »

Et quand cela se produira, quand nous permettrons à la liberté de retentir, quand elle retentira dans chaque village, et dans chaque quartier, dans chaque tribu et dans chaque ville, nous serons à mesure de hâter l’arrivée du jour où tous les enfants de Dieu, noirs et blancs, juifs et non juifs, protestants et catholiques, pourrons chanter en se tenant la main ces mots du vieux Adjé: « Libres enfin, libres enfin; béni soit le Tout-Puissant, nous sommes libres enfin! »

TIMNAR RHETUL GINK

PARTAGER
Article précédentSportifs et drapeaux : on remet ça !
Article suivantLes sondages en question
Créateur le 18 octobre 2006 du blog Calédosphère, Franck Thériaux est papa à temps plein d'une petite fille née le 1er Juin 2012. Selon son entourage, il passe beaucoup trop de temps sur internet… Membre émérite de la rédaction, il vit aujourd'hui en métropole après 23 belles années passées sur le Caillou. Il est en contact quotidien avec l’équipe et continue à participer à la vie de son « bébé numérique »
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
adel

Moi j’en ai marre qu’on dise toujours que les Kanaks empêchent le destin commun de se réaliser. A la lecture des commentaires ici, dont beaucoup sont profondément dérangeants de par le négationnisme et le racisme qui s’en dégagent, il est évident que ce n’est PAS le peuple Kanak qui empêche le destin commun.

nomorsatu

TIMNAR RHETUL GINK bonjour, on sait que la population carcéral est à 90% melanesiene, cette population à été jugé sous la justice Française comme vous le dites! lors de votre indépendance..leur condamnation sera donc caduc si j’ai bien compris.. vous allez leur ouvrir les portes? un peu inconscient, non?

Freeman

HEU Franck, ne compare pas ce qui n’a pas lieu d’être. L’Histoire des Noirs n’a rien à avoir avec les Kanaks, qui n’ont connu ni l’Esclavage, ni la censure. Au contraire, Gorode est parti faire ses études en France et plusieurs autres. Les Noirs n’ont pas eu cette chance. Et ils sont revenus en se croyant cultivés et réactionnaires, presque de l’incitation à la violence. Ils restent prisonniers par leur Arrièrisme. Et rien ne tombe du cocotier! Faut Bosser ou avoir la langue rapeuse…

adel

Bonjour Freeman,
Soit vous êtes très ignorant de l’histoire du pays, soit vous êtes carrément négationniste.
Si je peux me permettre de vous donner mon avis, très cher…c’est surtout que vous n’avez aucun respect, aucune considération pour les Kanaks, comme le prouve votre propos très RACISTE « Ils restent prisonniers par leur arriérisme ». C’est hyper grave ce que vous écrivez…vous arrivez encore à vous regarder dans le miroir??

Lassitude
MLK, KNC, meme combat? Je crois pas non. MLK a été un grand homme, c’est pas pour autant qu’on peut le mettre à toutes les sauces. Déjà dès le troisieme paragraphe la comparaison ne tient plus: « le Kanak vit isolé sur une ile d’indigence au milieu d’un ocean de prosperité »??? Alors que la NC a le deuxieme PIB/habitant le plus élevé d’Océanie??? Meme en ne prenant en compte que la population Kanak, on est sur un niveau de vie infiniment plus élevé que dans l’ecrasante majorité des autres iles. C’est bien de vouloir rendre un hommage. C’est dommage de le… Read more »
Franck Theriaux

J’EN SUIS CONSCIENT

Sagamore

T’as eu raison, Frank !

Commenter les évènements, se marrer des âneries, endurer la bêtises, (et aussi admirer quelques contributions) ne doit pas rendre aveugle ou stupide. Il est bon de prendre un peu d’altitude. On n’est pas QUE du bétail… comme le pense nos élus (Toujours les mêmes depuis 35 ans !)

Walles

Continu de rêvé mon gars parce que quand tu te réveilles ton
rêve excite plus et excitera jamais si tu veux quelque chose dans la vie la
solution est simple…. MET TOI AU TRAVAIL…….

Franck Theriaux

Bon, ben voilà c’est fait. J’ai fait ma première boulette au deuxième billet de mon retour. Pfff, vous avez tous changés ou quoi 🙂 Je reconnais cependant l’indélicatesse de certains passages du texte. Je voulais surtout marquer le coup pour les 50 ans du fameux discours de MLK.

Franck Theriaux

Ce clin d’oeil était surtout destiné à rendre hommage à ce fameux discours du 28 aout 1963
les 50 ans quoi….

Clark

Ben t’as foiré ton coup

JIBENE

Tout cela fait partie de la liberté d’expression. Comme toujours, dans un texte, chacun selon sa sensibilité va y trouver des vérités ou des contre-vérités. C’est sûr que ce n’est pas dans celui-ci que tu trouveras la tienne de vérité, Clark. Pas plus que dans la bible visiblement …

Philippe Blaise

Quelles sont les libertés individuelles que les kanaks n’ont pas aujourd’hui et qu’ils auraient dans ce rêve ?
A part la question des inégalités économiques, mais qui ne se résoudront certainement pas avec l’IKS, tout le monde a les mêmes droits ici.

Sauf évidemment les exclus du corps électoral et leur descendance, puisque c’est une revendication des nationalistes qu’on a satisfaite.

En effet pour certains, il semble que réparer le manque de liberté dans le passé revient à enlever la liberté à d’autres dans le présent et le futur.

Cette situation, ça ne s’appelle pas un rêve, mais un cauchemar.

Téin Nhän
non, dernièrement sur Poindimié un enfant est mort, dans les urgences de l’hôpital (enfin si on peut encore l’appeler comme cela) du à une négligence du personnel de garde: il était sans surveillance, et quand les parents (Kanaks,j e précise) sont parti à la gendarmerie pour déposer une plainte, ils ont été éconduit et fermement raccompagné au portail, pour ne pas dire jeter à la porte, par les gendarmes en disant qu’ils refusaient de prendre leur plainte! Malgré le fait que nous sommes au XXI éme siècle, il existe dans ce pays deux mondes selon que tu sois né rose… Read more »
Laurent
Et l’inégalité des chances! « Je caresse l’idéal d’une société démocratique et libre où toutes les personnes puissent vivre ensemble et en harmonie, en bénéficiant de l’égalité des chances. » Nelson Mandella Vous conviendrez que « vivre ensemble et en harmonie » et « bénéficiant de l’égalité des chances » ne sont pas dans la même phrase par hasard … Mais bon vous ici, à Nouméa etc. vous appelez ça de la discrimination, d’œuvrer à légalité des chances …. Je suis 100% blanc mais métisse culturel et enfant de kanaky, et je rêve aussi que ce cauchemar cesse. Je rêve que la négation perpétuelle du ressenti… Read more »
dom

tu a raison pour l inegalité, moi je paye quant je vais au medecin,j ai pas la cafat gratos.
quant a ton affaire,j aimerais la version des gendarmes.

Clark

A Poindimié? donc, Tu penses que sortir de la France arrangerait ta situation à Poindimié???? Tu penses vraiment que ça empêcherait des morts d’enfants dans des hôpitaux?

Un refus de plainte à la Gendarmerie? ah? ça viendrait pas du fait qu’ils sont en statut coutumier, et que c’est aux coutumiers de juger de l’utilité à passer au droit commun?

Je ne crois pas à la simplicité de tes explications: ça cache quelque chose!

Téin Nhän

je te laisse maître de tes propos

decennie
oui ma femme me parle souvent de négligences de nuit dans son service du a des personne qui prèfèrent dormir que de faire le travail pour lequel ils sont payés….. »les iliens ont du mal a travailler la nuits et le personnel syndiqués a le sommeil plus profond que les autres » me dit’elle souvent. quant a vos conditions de vie je ne me tromperais pas beaucoup en vous disant que vous n’etent pas loin d’avoir les meilleurs conditions de vie de la planète. si vous n’ete pas d’accord je vous demanderais juste de me dire ce que vous avez de moins… Read more »
Téin Nhän

il est décès la journée, cela dit on peut parler d’une certaine infirmière rose qui a les cheveux roux et la plus âgée des infirmières qui tient des propos limites, voir très, très limite. Mais parlons plutôt de nos conditions de vie, comment expliquer à un européen qui analyse la vie avec ses propres critères d’occidental…, même ici, vous me parlez de dehors.

decennie
non je vous parle bien d’ici qu’est ce qui empècherai un mélanésien de vivre comme bon lui semble vos tribus sont la, vos champs son la, vos coutumes sont la,vos coutumiers sont la,votre statut particulier perdure,vous siégez dans les plus importantes instances du pays,représentation politique,représentation syndicales,vous votez les lois de pays, soins gratuit pour tous, éducation gratuite, aide au logement, aide a l’emploi, aide a la création d’entreprise, aide au permis, retraite minimun, infrastructures,èsperance de vie en hausse, illètrisme en baisse……………………………………….. les « critères occidentaux » ne vous empèche pas de vivre comme bon vous semble. votre raisonement relève plus de la… Read more »
lajmemarre
d’autant plus que certains citoyens français, exclus de toute initiative et décision locale ne passent pas leur temps à fustiger d’autres citoyens qui non contents de passer leur vie à cracher sur le méchant colonisateur, possède quand même le droit de voter aux présidentielles, aux législatives, aux européennes . Bref quand on crache dans la soupe on devrait s’abstenir de donner son avis sur les affaires métropolitaines, mais voilà c’est ça l’avantage d’être français, on peut ouvrir sa gueule sur tout sans risquer l’astiquage ;Les inégalités n’existent que dans la tête de frustrés qui rapportent tout au « fait colonial » au… Read more »
Inforétif

« une certaine infirmière rose »
Une nouvelle ethnie en NC ?

Téin Nhän, le Monsieur vous demande quels droits ont les non-kanak en NC que les kanak n’ont pas.

Lassitude
Helas Inforetif: à peine arrivé, il est déjà parti. J’en profite pour dire à quel point c’est dommage que sur ce blog comme sur tant d’autres, il n’y ait que des débats entre loyalistes/autonomistes, et que les independentistes comme Tein Nhan ou Kastet ne passent le plus souvent que pour décocher une fleche avant de partir, au lieu d’entrer dans une vraie discussion, un vrai dialogue. D’un autre coté je remarque que les reponses qui leur sont faites sont souvent condescendantes, voire à la limite de la grossiereté, alors je ne peux pas leur en vouloir de ne pas rester.… Read more »
Laurent
Des débats sur calédophère? Des débats avec des gents incapables de ne serait ce que considérer le ressenti des autres? Vous êtes seulement capables de vous complaire dans votre suffisance, votre pseudo intellectualisme et votre racisme, dans vos certitudes de détenir la seule et unique vérité, de mieux savoir que ce qui est mieux pour tous tel de bon petits colons… Il ne nous reste que ça, décocher notre flèche, désespérés, espérant qu’au loin au fond de vos esprits étroits et suffisants elle touche quelque chose … Puis on s’en va, car après avoir expérimenté, on sait que rester serait… Read more »
Lassitude
Bonjour Laurent, J’aimerais tellement que ce débat soit possible, peut-être pas ici mais quelque part sur internet. Stp si tu connais un blog/site ou le débat est plus ouvert n’hesite pas à poster un lien! Perso je crois pas détenir la verité, comme mon pseudo le suggere je ne ressens que de la lassitude par rapport à la politique actuelle en general, de tous bords, justement parce que le dialogue sur le fond est toujours esquivé (par tous les partis). Chacun parle dans son coin, sauf pour magouiller. Pour ça, on trouve toujours un interlocuteur. Là on arrive sur des… Read more »
Laurent
+1 Je crois qu’il faut revenir aux fondamentaux. Pourquoi le peuple kanak en est il arrivé a demandé l’indépendance? Une piste de réflexion que je viens de découvrir et que je rejoins: http://www.caledonianpost.com/societe-coloniale-caledonienne-genere-revendication-independantiste/ « Et Jean-Marie Tjibaou, l’homme qui croyait que tout était possible dans la paix et le dialogue, qui avait confiance dans l’intelligence et le cœur des hommes, n’a eu alors d’autres choix que de porter sa revendication identitaire sur le plan politique, sous forme de revendication indépendantiste. Ce n’était pas faute de ne pas l’avoir annoncé : « La non-reconnaissance qui crée l’insignifiance et l’absence de dialogue culturel… Read more »
Lassitude
Merci beaucoup pour ce lien, tres interessant ce texte. Apres l’avoir lu, il me vient deux ou trois questions: l’auteur parle du chemin parcouru, de toutes les avancées qui ont été faites sous l’impulsion de Tjibaou et apres lui, jusqu’à l’accord de Nouméa. Il dit « Tout ce que demandait Jean-Marie Tjibaou a été réalisé ». Qu’en penses-tu? Les souffrances dont tu parles, il me semble qu’elles sont reconnues officiellement dans le préambule de l’Accord de Nouméa… non? Quel type de reconnaissance faudrait-il? Aujourd’hui entre l’usine du Nord, les 400 cadres, la politique, etc, beaucoup de Kanak sont à des postes de… Read more »
Laurent
« Tout ce que demandait Jean-Marie Tjibaou a été réalisé » Globalement sur le papier peut être, et encore. Mais vu de l’intérieur c’est différent. Déjà il y a les séquelles qui touchent des générations entières. Des blessures profondes que hélas seulement des changements profonds et très visibles pourrait éventuellement cicatriser … Mais est ce qu’une société peut le faire assez vite? J’en suis pas certain … Quoique… Et si on essayait vraiment? Ce que je déplore c’est que, ceci étant nié et même dénigré, le chantier n’est pas pris a bras le corps. Ensuite il y a des signes qui montre… Read more »
Inforétif
« L’année prochaine mon adoré de petit métisse Kanak de fils pourra choisir une option culture océanienne dispensée par l’académie des langues Kanak au collège. C’est nouveau et bien, mais ça reste une option! Pourquoi ? » Sans doute parce que chacune des langues kanak n’est parlée et comprise que par une petite partie de la population. En métropole les langues régionales enseignées sont TOUJOURS EN OPTION, pour la même raison (et pourtant il n’existe qu’une seule langue régionale dans chaque région, contrairement à la NC et particulièrement dans le Grand Nouméa, ce qui complique sérieusement notre cas). « Le FLNKS avait bien… Read more »
Laurent

Merci Infochétif de confirmer et d’être l’illustration de mon exposé DU problème.

Tes réponses sont toutes dans mon post précédent.

(En Corse, le Corse n’est pas en option et nous ne sommes pas une région de France)

Inforétif
« En Corse, le Corse n’est pas en option » Vous devriez vérifier avant d’écrire des bêtises, l’enseignement du Corse en Corse est une obligation pour l’éducation nationale mais une option pour les élèves (qui, d’ailleurs, décrochent massivement tout au long du secondaire pour ceux qui l’ont choisi) :  » Depuis 1999, l’inscription des élèves de 6e en cours de LCC est automatique. Après une période d’essai, il revient aux parents d’effectuer la démarche afin de retirer le collégien du cours de LCC. On constate cependant aujourd’hui que les effectifs diminuent à chaque palier, passant d’environ 70% en 6e à 17% en… Read more »
Laurent

Tout de même: « Depuis 1999, l’inscription des élèves de 6e en cours de LCC est automatique. »
Quand j’y avait fait ma dernière année de maternelle et mon CP/CE1/CE2 c’était obligatoire. D’où mon affirmation, mais c’est bien avant 1999. Quand bien même le fait que ce soit pas mieux ailleurs n’est pas un argument valide a mon sens et nous ne sommes pas une région de France.

Inforétif

« Merci Ifochétif »
Merci par ce simple jeu de mot sur mon pseudo de confirmer votre vœux très « uregeïesque » du « retour de balancier » du dominant devant devenir dominé et vice versa.

Laurent

Pathétique … Tu n’a décidément rien compris …. Ce n’est pas une histoire de domination, c’est bien mal connaitre le peuple Kanak, bien mal. Cela donne encore plus de crédit a mon post précédent.

Tu vois @Lassitude quand je disais, tout ce que je disais… Pas de débat possible sur Calédosphère.

Inforétif

« c’est bien mal connaitre le peuple Kanak, »
Mais vous n’êtes pas le « peuple kanak », Laurent ! Vous croyez débattre en son nom, moi c’est à vous seul que je m’adresse car ce n’est pas lui qui s’exprime par votre voix .

Laurent
« Comment ça pas de débat ? Ou alors un débat c’est seulement si on vous donne raison ? » A part critiquer mes guillemets bien utilisés, tu n’apporte RIEN au débat: Quand je parle de culture océanienne enseignée en option, tu réponds « Sans doute parce que chacune des langues kanak n’est parlée et comprise que par une petite partie de la population » => Hors Sujet De plus par cette réponse tu ne tiens pas compte du fait que je dis souhaiter l’apprentissage des langues kanak obligatoire dans le seul but d’une reconnaissance et de la connaissance de l’autre. Ensuite tu dis… Read more »
Lassitude
Inforetif, sérieux, ça te choque pas, toi, qu’il n’y ait pas un seul commentateur regulier ici qui soit independantiste? Statistiquement quand meme c’est pas normal. Par contre ça s’explique quand on voit comment le ton devient tout de suite agrssif ou condescendant envers les rares qui passent leur nez. Des qu’il y en a un on l’accuse limite d’etre un extremiste à la Mugabe, on lui parle de façon condescendante en lui disant qu’il ne represente rien, qu’il ne connait rien; c’est toujours la caricature et le dédain. Voila, j’ai beau avoir des divergences avec Laurent, c’est pas pour autant… Read more »
Inforétif

« Des qu’il y en a un on l’accuse limite d’etre un extremiste à la Mugabe »
Désolé Lassitude mais c’est Laurent qui a évoqué antérieurement ici à plusieurs reprises son appui aux positions du parti travailliste.

« Voila, j’ai beau avoir des divergences avec Laurent, c’est pas pour
autant que je vais le « chercher » dans les reponses que je lui fais. Toi
si. »
Ah bon ?

Lassitude
Oui, inforétif, parce que discuter, parler, converser avec l’autre, c’est parfois écouter, poser des questions, accepter qu’il puisse exister des points de vue differents et qu’ils ont une valeur, et pas juste chercher à casser l’autre pour avoir raison. Dans tout ce que Laurent à dit, tu n’as réagi à rien, sauf à ce que tu pouvais contredire. Rien dans ce qu’il a dit ne t’a interessé? Pour ce qui est du parti politique de Laurent (ou du tien, ou de celui de n’importe qui), à mes yeux, ça n’en fait pas moins un interlocuteur interessant. Parce que je considere… Read more »
Inforétif
Je le regrette autant que vous mais je regrette également qu’il soit apparemment interdit d’apporter la moindre contradiction, même calmement comme je le fais. Sinon vous pouvez aussi lire les contributions de l’épouse de Laurent (sous le pseudo un peu guerrier de « Kastet » ) sur calédosphère, elle au moins ne fait pas des ronds de jambe. Par ailleurs, sans doute en faveur du destin commun, elle œuvre beaucoup à débusquer les non-kanaks (exclusivement ) qui pourraient être exclus des élections de 2014 et des éventuels référendums d’autodétermination. « Dans tout ce que Laurent à dit, tu n’as réagi à rien, sauf… Read more »
Laurent

« Sérieux ça m’enerve, on avait une bonne discussion, tranquille, là.  » Clair et moi comme un imbécile je réponds et mon ton monte aussi … grrrr

Lassitude

On aura essayé, lol… merci en tout cas.

Inforétif

« et mon ton monte aussi »
Pourquoi « aussi » ?
Bonne journée.

Inforétif

Comment ça pas de débat ? Ou alors un débat c’est seulement si on vous donne raison ?

Magellan
Cet article n’a aucun sens. Il mélange l’exclusion raciale et les appels à la fraternité, assimile des questions ethniques à des problèmes purement politiques et tente de faire croire que les kanak n’ont pas de « droit de citoyenneté », comme au temps de l’esclavage dans d’autres pays ! Au mieux c’est une maladresse, au pire c’est une incitation à la vindicte raciale. C’est en tous cas un bel exemple du fonds de commerce des partis politiques indépendantistes, qui revendiquent plus de droits pour ceux qui en ont autant que les autres, le tout sous la menace voilée de violences à venir.… Read more »
Clark

+ 10000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 !

wpDiscuz