Dans les «squats» de Nouméa, avoir un toit passe avant l’indépendance

43
4 762

612352-josephine-siejidr-devant-son-logement-dans-le-bidonville-coca-cola-ou-elle-vit-depuis-30-ans-le-10-j

Joséphine Siejidr devant son logement dans le bidonville “Coca Cola” où elle vit depuis 30 ans, le 10 janvier 2014 (Photo Fred Payet. AFP)

“Un échec pour la politique de réhabilitation des squats par la province sud. Le ville de Nouméa manque de politique de logements sociaux. Quand appliquera t-on une loi du pays obligeant les communes de plus de 5000 habitants à respecter une proportion de 25% de logements sociaux sur leur territoire ?”

[divider_dashed]

«Moi, ce que je voudrais c’est un toit et un boulot parce que j’ai un gamin de 5 ans. L’indépendance, ça ne m’intéresse pas trop», affirme Kenji Upigit, un jeune kanak de 25 ans, lassé de vivre dans une cabane en tôles, qui «prend l’eau de partout».

Pour trouver son baraquement, il faut dangereusement quitter la voie express à l’entrée nord de Nouméa pour emprunter un chemin de terre cabossé qui conduit vers des dizaines de cabanes brinquebalantes, construites sur le site d’un ancien dépotoir. Bienvenue au squat Coca-Cola!

Coincé entre la route, un bras de mer pollué par les déchets et la proche zone industrielle de Ducos, ce squat, comme on baptise les bidonvilles en Nouvelle-Calédonie, se situe à quelques encâblures de l’usine, qui fabrique la célèbre boisson gazeuse.

«Là haut, c’est une ligne haute tension de 25.000 volts, qui alimente la Société Le Nickel (usine métallurgique, ndlr). Ca fait un de ces boucans quand il pleut!», explique le jeune homme, en désignant la cathédrale de fer, qui surplombe son modeste logis.

Sorti de l’école en troisième, Kenji n’a pas réussi à intégrer le Centre de formation des apprentis de Nouméa, «à cause des maths», et il enchaine depuis les petits boulots.

Entre 2014 et 2018, dernier mandat de l’accord de Nouméa, la Nouvelle-Calédonie, où un processus de décolonisation progressif est en cours, devrait se prononcer pour ou contre le maintien de liens avec la France.

«Quand on est mal logé, c’est toute la vie qui est déstructurée»

«C’est l’affaire des politiques. On a d’autres problèmes ici», explique le père de famille, dont la compagne fait des remplacements de femme de ménage.

Une quinzaine de membres de la famille de Kenji, pour la plupart originaires de Lifou dans l’archipel des Loyauté, vit dans ce squat insalubre, parmi lesquels sa tante, Joséphine, résidente des lieux depuis trente ans.

«La vie est trop chère, on ne peut pas se loger, même les courses, c’est dur», confie-t-elle, chignon tiré et robe traditionnelle aux couleurs vives.

Avec son mari, elle irait bien s’installer à Lifou, mais l’île dont la population n’a pas évolué depuis vingt-cinq ans (environ 8.700 hab.), offre peu de possibilité d’emplois.

Quelque 8.000 personnes, à 70% kanakes, vivent dans des squats à la périphérie de Nouméa, qui continue de concentrer emplois et richesses, malgré la politique de rééquilibrage économique en cours depuis 1988.

Les travailleurs pauvres sont les plus durement frappés par la crise du logement dans le Grand Nouméa, où les loyers du secteur privé ont grimpé de 43% entre 2002 et 2006.

«7.000 familles sont en attente d’un logement social, 20% du parc des bailleurs sociaux sont suroccupés tandis que la production annuelle de logements sociaux a été divisée par trois depuis 2009, passant d’environ 1.000 à seulement 300. C’est dramatique», déplore Dominique Simonet, président de SOS Logement.

Installée dans un quartier populaire au nord de la capitale, l’association reçoit entre 300 et 400 familles par an, qu’elle accompagne dans les démarches administratives pour trouver un logement décent.

«Quand on est mal logé, c’est toute la vie qui est destructurée. Ce phénomène est source d’échec scolaire et de délinquance, ce qui constitue autant de risques pour la stabilité du pays», ajoute-t-il.

Grâce à l’industrie minière du nickel et aux transfert financiers de la métropole, la Nouvelle-Calédonie a connu jusqu’en 2012, plusieurs années consécutives de forte croissance.

Mais la chute des cours du nickel et des incertitudes institutionnelles créent un climat d’incertitue, l’économie est désormais en repli, risquant de creuser encore les fractures ethniques et sociales de l’archipel, à la veille d’échéances politiques majeures.

Source : AFP – Palika

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Sarah

Comme quoi, le débat pour/contre est bien has-been ! 😉

Floyd

Le concept “urban farm” (ferme urbaine) serait à méditer dans le cadre environnement/logement.

comment image%3Bhttp%253A%252F%252Fweburbanist.com%252F2008%252F03%252F30%252F5-urban-design-proposals-for-3d-city-farms-sustainable-ecological-and-agricultural-skyscrapers%252F%3B468%3B463

Mister Eric
Floyd je pense qu’il y a un juste milieu entre le squat ( arboré, mais insalubre et vulnérable aux cyclones ) et les logements “sociaux” qui sont un enfermement dense dans le béton. Il faut d’urgence arrêter le bétonnage et expérimenter quelque chose dans ce sens; l’immense espace non encore construit de Dumbéa sur Mer est une occasion à saisir avant que ce projet ne devienne une erreur historique. Cela dit, ce concept ne serait peut-être pas rentable vu qu’il ferait baisser la densité d’habitants. Je me trompe peut-être, mais j’ai l’impression que tous ces logements sociaux et leurs terrains… Read more »
José Paldir

ça serait bien si la tribu de ST louis apportait du foncier pour construire un habitat mélanésien financé par laPN et la PI I incapables de garder leurs habitants ;malgré la gigantesque pompe à finances du pseudo rééquilibrage

Floyd

Oui je crois que dans ce secteur, il faut faire preuve de beaucoup d’imagination et de bon sens.

olivier
Pour l’avenir, le mieux selon moi, après avoir tout lu, ces articles, les commentaires des uns et des autres, serait que la NC devienne le 102° département, un de plus dans l’outre-mer, comme Mayotte qui a tout compris qu’il valait mieux faire ainsi. Il y aurait enfin, la Sécurité sociale, le RSA, les Euros, les 35 heures et pour les joueurs, la française des jeux, comme annoncé en 2O11! puis le tiercé, bref, l’égalité républicaine. Concernant les fonctionnaires, ils participent aux prix élevés et donc à l’écart entre les uns et les autres. En 2O14, gagner 75 voire 94% de… Read more »
ankou

Tu oublies les importateurs milliardaires qui margent sur les taxes ,comme ils sont soit au pouvoir ,oit juste à côté c’est BINGO à chaque fois !!!Viande ,blé, riz,gaz,grande distribution,presse;;;;;;etc etc .

Floyd

“Concernant les fonctionnaires, ils participent aux prix élevés…”
FAUX

Les salaires des fonctionnaires ne sont pas la cause de la vie chère. Pour preuve, en Australie les salaires (privé ou publique) sont bien plus élevés qu’en Calédonie et pourtant la vie y est bien moins chère que chez nous, alors?

Marco

En même temps, la fonction publique représente moins de 3% de la population active en Australie quand elle dépasse les 16% en NC.

Pas sûr que la comparaison avec l’Australie soit judicieuse.

Floyd

Et au Vanuatu les prix sont élevés et la fonction publique alors? Les salaires sont misérables.

Marco

Je ne crois pas que la vie chère en NC soit le résultat d’une seule cause. Elles sont multiples et peut-être même nombreuses. Ces causes peuvent aussi agir seulement sur un aspect de la cherté et pas sur tous.

Dans le cas de l’indexation des salaires, si l’on applique les lois du marché au secteur de l’immobilier, vu qu’il y a un manque important
de logement, le prix des loyers va monter jusqu’à ce qu’il s’équilibre avec la demande donc plus les salaires seront élevés (et 16% d’une population ça représente une énorme influence) plus les loyers pourront monter.

Mister Eric

Faudra expliquer ça au Wamykoala.

Inforétif

” Il y aurait enfin, la Sécurité sociale, le RSA, les Euros, les 35
heures et pour les joueurs, la française des jeux, comme annoncé en
2O11! puis le tiercé”

Pas trop avec ça que vous allez faire rêver les gens d’ici, olivier.

La sécu (et même la santé gratuite pour les plus pauvres) existe déjà.
Pour le reste, c’est de l’ironie, j’espère.

Mais, cependant, probable en effet que la départementalisation diminuerait fortement l’indexation des fonctionnaires et un peu les prix. Mais elle n’est absolument pas à l’ordre du jour, pour cause d’accord de Nouméa et de nationalisme exacerbé, notamment.

ankou

Avez -vous lu Les Nouvelles de ce jour “.Les jeunes font payer 1000 francs l’entée de la piscine naturelle ” pour faire tomber le nombre des touristes !! GABY lui en veut pour un million . IL n’ a pas pu prendre langue (chargée) avec le modeste HILARION VENTRE MOU le triple chef de l ‘ile DES PINS .En raccourci” LA TETE D… PIN “avec la prononciation de leurs chers croisièristes aussies

Néness
Ce qui me frappe dans ce reportage, c’est le décalage, le fossé de plus en plus profond qui se creuse entre le petit peuple et leurs représentants politiques. On peut d’ailleurs se demander si cela n’est vrai que chez les Kanaks. L’histoire de ce Kenji doit ressembler à beaucoup d’autres. Les étapes qui ont précédé son installation dans ce squat sont révélatrices de ces parcours ratés, constitué d’échecs successifs. “Sorti de l’école en troisième, Kenji n’a pas réussi à intégrer le Centre de formation des apprentis de Nouméa, «à cause des maths», et il enchaîne depuis les petits boulots.” Combien… Read more »
Inforétif

“Faut-il lui répondre, comme on le lui conseille ici, qu’il n’avait qu’à y rester”

Où avez-vous lu cela ?

Non, personne ne lui reproche ses envies, ses projets, ses échecs successifs, cessez donc d’extrapoler dans le vide.

La seule question est : quel est le mieux pour son avenir ?

Néness
Vous n’avez pas lu ce post, un peu plus bas: “pfff plein le cul des gens qui se lamente retourne à Lifou les possibilité qu’il y la bas ben il faut le créer pas toujours rester assister bordel” ? Si ce gars-là est venu à Nouméa, n’était-ce pas l’aveu que les réponses données par “les politiciens et les coutumiers de Lifou” n’étaient pas satisfaisantes? Quand il y a eu la réunification de l’Allemagne, la RFA s’est-elle contentée de conseiller aux allemands de l’est de trouver refuge dans leur ancienne idéologie et par eux mêmes? Si la RFA est devenue la… Read more »
Inforétif

Néness, je ne suis pas sûr que ce soit un problème d’insuffisance de financement du développement de la province des Iles (ce financement est conséquent, surtout calculé par habitant) mais d’utilisation de cette aide par ses destinataires.

Néness
Il n’était pas question pour moi d’enfourcher le vieux cheval de la péréquation. Juste de comprendre en quoi ce que disait l’auteur de cet article nous interpellait. C’est davantage, je crois, le problème de l’inadaptation de notre enseignement, de nos formations qui est posé. On sait bien maintenant que l’apprentissage des langues vernaculaires, par exemple, demandé à grands cris par les politiciens indépendantistes, est un fiasco, dans la mesure où cela n’intéresse pas suffisamment les jeunes Kanaks eux-mêmes. Mais il y a certainement d’autres solutions à trouver pour leur éviter l’échec scolaire, et l’illettrisme, trop fréquents. Même chose d’ailleurs pour… Read more »
ankou

BON commentaire Néness,pensés,construits tes mots sont bons et forts . VOILA LE CALEDOSPHERE que j’aime !!!

Mister Eric
Le PALIKA aurait été bien plus honnête envers tout le monde et envers lui-même, s’il écrivait un bel article sur les raisons de l’exode des kanaks de la province nord riche et dirigée –justement– par un membre du Palika à l’idéologie marxiste… Un article qui expliquerait pourquoi la province nord, dirigée depuis 24 ans par les kanaks, depuis longtemps par un visionnaire marxiste, n’est ( en dehors du miracle konéen ) qu’un désert économique, sans développement, sans entreprises fondées localement, sans mise en valeur des terres, sans production de richesse, sans perspective d’avenir sur ces mêmes terres pour leur jeunesse.… Read more »
Marco
Il ne suffit pas de mettre de l’argent dans un territoire pour que celui-ci devienne une zone économique. C’est un thème de plus en plus en vogue : la nouvelle géographie économique. Elle est d’ailleurs le fil directeur de l’aménagement territorial en France. En gros la richesse et l’activité attirent la richesse et l’activité. ça se ressent très bien en France où le pays entier se vide (à part quelques exceptions) pour aller s’entasser en Île de France. C’est également le fruit d’une vision jacobine et centralisée de la société. Tout est fait pour faire marche arrière avec la décentralisation… Read more »
ankou

Chapeau Mister ERIC ! Article bien situé avec un bel humour, je rajoute un mot à mon Petit Robert PALIKOMIE il est bien dans la page avec ses potes patachon ,pantalonnade patouillard Mais il va mieux en bouche PALIKOMIE !!

Floyd

Et puis il faut arrêter de parler de logements “sociaux”. Cette stigmatisation est aussi débile que contre-productive. Si les architectes faisaient correctement leur boulot on parlerait uniquement de logements petit standing, standing ou grand standing ou tout autre classification.

Bien conçus et bien pensés, ces logements de petit standing doivent prendre de la valeur et leurs habitants finiront par comprendre qu’il faut respecter leur habitat et leur environnement. Du gagnant/gagnant.

Le grand foutage de gueule de l’habitat social minable doit cesser.

jack
En superadobe tu construis un super logement adapter et avec un super designe pour moin de 5 million voir plutot 1million pour un couple …Sur des terrains proche des villes ou des centres de villages , avec un petit jardin …La les gens n’iraient plus squatter dans des truc en tole , ou vivre dans des cages a poules …. Actulement les logements sociaux sont de vastes arnaques …Qui ne profitent surment pas au peuple !! Mais dans le delire des million “publique ” on s’en fout : les gogos rembourseront le gouffre creser par nos dirigeants !! (combien pour… Read more »
FaF

Les provinces nord et îles ne font rien pour leur population, qui cherche l’eldorado en province sud. Pour des provinces indépendantistes, il semblerait qu’elles “s’en battent les couilles” du bien-être de leur population. Les considèrent-ils comme des “expatriés”?

kastet

pfff plein le cul des gens qui se lamente retourne à Lifou les possibilité qu’il y la bas ben il faut le créer pas toujours rester assister bordel pour dir que même la réponse peut être tourner autrement, Avoir un toit passe avant Le maintien de la france

Le palika ne représente que Paul et ses quelques larbin !

decennie

j’adore ta solidarité (surement clanique) kastet ..quelle belle vision d’avenir une “clanocratie” sauce kanaky.

Inforétif

Ça se Corse toujours avec Madame Kastet : chacun chez soi, dans son île, et les cochons sauvages seront bien gardés.

ankou

C”est signé PALIKA ce reportage .La Prv. Sud ne peut tout solutionner sans l’aide des autres provinces .Le changement de la clef de répartition serait une bonne chose .Mais pas de nouvelles de PAULO l’hagard du Nord.Il dort sur son fric en délaissant son peuple .Tout comme son prédécesseur feu (de brousses) le pas regretté LEOPOLDE JOREDU…

wpDiscuz