Anciens élus : ces météores de la politique

7
8 475

nathalie brizard

Alors que la mandature 2009-2014 s’achève dans un climat incertain, force est de constater qu’une majorité d’élus n’aura pas laissé une grande trace dans l’opinion publique. Tour d’horizon de ces artefacts politiques qui ont fait un petit tour et puis s’en sont allés.

Les météores

Ils avaient de nombreux idéaux, ils rêvaient certainement de grandes choses, ils ont beaucoup promis…En tout cas durant la dernière campagne des provinciales. Mais une fois installés dans les fauteuils du congrès, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas réussi à s’imposer ou n’ont simplement pas voulu le faire. Ainsi en est-il d’Isabelle Ohlen qui se faisait fort en 2009 de

(…) mettre en route un véritable projet éducatif calédonien …

Sur ce sujet, la présidente de la commission de l’enseignement a un bilan équivalent à celui du gouvernement, c’est-à-dire quasi inexistant. L’élue d’Harold Martin laissera ce dossier à d’autres puisqu’elle est aujourd’hui absente des listes. De même les élus Michel Lasnier, Dominique Daly ou Lucie Ayawa n’auront pas marqué de leur empreinte un dossier d’importance pendant cette mandature. Tant et si bien que peu d’électeurs seraient capables d’émettre une opinion sur leur action au sein des institutions.

Les supernovas

Certains en revanche peuvent se réjouir d’avoir marqué les esprits même si ce fut à leur détriment. Jacqueline Deteix, condamnée pour l’affaire des fraudes électorales à Ouvéa aura permis de mettre en lumière une organisation que l’un de ses auteurs défendait à la barre du tribunal en ces termes :

Ce système existait avant moi, on a toujours fait comme ça à Ouvéa

Non reconduite sur une liste cette fois-ci, ce « système » ne devrait plus lui être d’aucune utilité. S’agissant de probité, l’affaire Nathalie Brizard aura elle aussi laissé des traces. L’élue, membre de la commission des transports, avait été poursuivie en 2013 pour outrage à policiers, refus d’obtempérer et conduite en état d’ivresse. Là encore les Calédoniens ne s’étonneront pas de son absence lors de ce scrutin provincial.

Les comètes

C’est du côté des loyalistes qu’il faut rechercher ceux qui, parfois après plusieurs décennies de présence au congrès, ne retrouveront pas de sièges Boulevard Vauban malgré leur assise et leur expérience institutionnelle. Du côté du RUMP, Pierre Frogier, Alain Lazare, Eric Gay et Didier Leroux ont choisi de dire stop, bien aidés en cela par une opinion publique réticente à leur renouveler leur confiance. Et si tout laisse à penser que Simon Loueckhote aura du mal à conquérir un siège aux îles Loyauté, il pourrait bientôt rejoindre Pascal Vittori, Thierry Song et Sylvie Robineau dans le club très fermé des pré-retraités de la politique locale…

A quelques jours des élections, une question reste en suspens sur ce sujet : combien parmi les prétendants du jour subiront, une fois élus, le même jugement de l’opinion « cinq ans après » ? Rendez-vous en 2019.

PARTAGER
Article précédentN’oubliez pas et n’ayez pas peur le 11 mai 2014 !
Article suivantFrogier et Wamytan ont dealé le 3ème accord !
Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Crabe de cocotier

En general, ceux du prive qui entrent en politique ce sont les gros entrepreneurs qui ont suffisamment de fric pour se faire elire

Eric

Non, ce n’est pas une règle loin de là !!!
Mais c’est un problème d’entrer en politique si tu es patron parce que çà prend du temps et ce temps tu ne le passes pas dans ton entreprise, du coup tu peux avoir des surprises ???

Jean-Luc

Mais d’autres inutiles affamés uniquement de la gamelle “indemnités” vont hélas leur succéder, la liste Backes est exemplaire à ce niveau avec les boulets Yanno, Blaise,Nicole Robineau, Isabelle Lafleur, Isabelle Champmoreau, etc.. Inutiles mais couteux en deniers publics volatisés pour rien.

Bernard

Question “affamés uniquement de la gamelle indemnités”, tu aurais du citer Frédéric de Greslan, le ministre fantôme qui a refusé de travailler ses deux dernières années mais n’a pas laché pour autant son métier, ni son salaire de ministre.

Alors avant de pointer une fausse paille … mieux vaut s’occuper de sa vraie poutre !

Clark
Tu pourrais énumérer les positions de chacun de ceux que tu décris, et expliquer en quoi ils ont intérêt à être au gouvernement plutôt que de continuer à avoir une activité professionnelle, histoire qu’on trie un peu? Dans ceux que tu cites, il y a bien des “politiciens professionnels”. C’est vrai. …Comme il y en a à la tête de tous les partis. Gomès aussi n’est plus que cela. Mais il y a aussi des gens qui perdront de l’argent en étant élu, car ils devront soit abandonner, soit déléguer leur activité. Tristan nous avait expliqué cela, et ce qui… Read more »
Eric

En effet, contrairement à ce que l’on peut croire, entrer en politique quand on vient du privé c’est très souvent moins bien payé et du coup beaucoup plus aléatoire…
C’est sans doute pour çà qu’on a plus de fonctionnaires ???

pole position

le seul inutile c’est bien vous Jean-luc!!!!:)

wpDiscuz