En perte de leadership au sein de la famille indépendantiste, l’Union Calédonienne « du sud » veut multiplier les commémorations et les anniversaires liés à la période des évènements. Souvenir ou régression ?

Après avoir célébré le geste de Eloi Machoro (brisant l’urne à Canala lors des élections de 1984) puis fêté aux îles Loyautés les trente ans de la constitution déposée par le FLNKS à l’ONU, l’Union Calédonienne s’est retrouvée la semaine dernière à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Raphael Pidjot, ancien patron de la Société minière du Sud Pacifique (SMSP) qui est disparu dans un accident d’hélicoptère le 27 novembre 2000 sur la commune de Thio. C’est dans ce village, sur le site de Chefao que le FLNKS a tenu une journée de commémoration.

L’UC bloquée aux années 80 ?

Lundi prochain, une autre journée « souvenir » est, cette fois-ci, organisée à la tribu de la Conception, à l’occasion de l’anniversaire de la levée du drapeau du FLNKS qui s’était déroulée le 1er décembre 1984. Après une cérémonie coutumière à la tribu, les participants et les militants du mouvement indépendantiste seront invités à se réunir au Mwaka, au centre-ville de Nouméa.

Une preuve de plus que L’UC de Roch Wamytan souhaite commémorer l’ensemble des dates les plus marquantes de la période des évènements avec un message on ne peut plus clair, rappelé dernièrement par des militants indépendantistes à savoir que « la lutte continue ».

« Nous allons nous battre ! »

Déjà les Nouvelles Calédoniennes avaient rapporté il y a une dizaine de jours les propos pour le moins belliqueux du signataire de l’accord de Nouméa à l’égard des loyalistes et de la France :

«Pour moi, la France compte rester dans le Pacifique (…) Elle va s’asseoir sur vous, sur les morts kanak, (…) la France restera, et nous ne pouvons pas accepter ça ! (…) l’Etat français ne nous donnera pas l’indépendance. Hollande nous a dit que si nous la voulions, c’est à nous de nous battre pour le faire. Alors nous allons nous organiser et nous battre ! (Roch Wamytan, LNC) »

Du côté des militants indépendantistes plus progressistes, on note que l’élu de l’UC utilise des « propos de comptoir » pour pouvoir à nouveau « plaire à la base ». De plus en plus de responsables font en coulisse le lien entre le nouveau positionnement « radical » de Roch Wamytan et son éviction de la présidence du congrès qui a suivi les élections. Mais selon un proche de Daniel Goa, le grand chef de Saint-Louis est aussi habitué « au double, voire triple discours et il faut pas vraiment s’en faire »

S’il peut sembler paradoxal de commémorer le début des événements et donc du début de la guerre civile qu’a connu la Nouvelle-Calédonie, ce que certains considèrent comme n’étant que « l’UC du sud » devrait néanmoins « jusqu’en 2018 » continuer à mettre l’accent sur les principales dates ayant marqué la période allant de 1984 à 1988 pour « avoir la sensation d’exister politiquement ». Or selon un militant indépendantiste interrogé « faut se souvenir que c’est juste une partie de l’UC qui parle et pas le FLNKS en entier (…) la pirogue elle est pas dirigée par Roch ! » Reste néanmoins à connaitre le sort d’une pirogue lorsque l’un des passagers souhaite la faire chavirer…

PARTAGER
Article précédentSécurité routière : « les élus ont beaucoup de travail »
Article suivantC’est Sarko !
Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
gadjo
les « anciens » ont de plus en plus de mal a rallier les jeunes a leur cause , le discours qui consiste a ressasser en permanence le méme refrain des evenements sur fond de kaneka et de brochettes n amuse plus que les vieux nostalgiques des années 80 , le bourrage de crane incessant , ininterressant , depassé sature . dommage que pour mobiliser les anciens sont persuadés qu il faut tour a tour pleurnichouiller et menacer j ai vu hier soir un reportage télé sur la mutation actuelle de canala  , les initiatives se multiplient , la commune se renove… Read more »
Samael

Vous trouvez que la Nouvelle Calédonie ressemble à un pays sous occupation?

gadjo

selon le dictionnaire : l occupation designe une puissance etrangére qui a envahi un pays militairement et s y maintien de force 

Floyd
La plupart des jeunes sont profondément indépendantistes, c’est vrai mais ils sont aussi lucides et beaucoup ne veulent plus aller voter. Le problème est là. Tant qu’ils ne se sont libérés des carcans du régionalisme et du tribalisme, ils savent qu’une indépendance du Pays sera pour eux une régression sociétale. Leurs vieux politicards ne sont pas éternels, mais la coutume et les mentalités n’évoluent pas facilement, d’où les conflits générationnels. A Wallis, on avait entendu parler d’un mouvement de « réformateurs » ou « rénovateurs »  de la coutume, mais chez nous ce genre de discours n’est pas encore à l’ordre du jour (tabou), pourquoi?… Read more »
gadjo
j ai plutot l impression que pour l instant avant de parler d evolution des coutumes ils sont plutot en train de se battre laborieusement pour tenter de preserver leurs coutumes intactes le temps de se debarasser d un occupant qui a imposé sa langue , ses us , ses lois , ses regles . nul doute que si la france avait abordé la colonisation sous un angle plus respectueux des populations et des coutumes locales on en serait pas la aujourd hui . bon , on est loin de l ivoirien qui recitait a l ecole « nos ancetres les… Read more »
rico

Ragoûtants les propos que ce pâle type tient, tout ça pour pouvoir continuer d’exister sur le plan politique.  Sa fin est proche comme celle de son accolyte, l’inénarrable Sénateur !!!!!

Nestor

mettre  de l’ huile  sur  le  feu , un classique  du Rock  Wamy  de  Saint- Louis

Nestor

Des commémo arrosées , il n’ y a que  cela  qui vaille   ( comme  dirait  TAMAI)

Nestor

Dans  un an nous  pourrons  fêter le   vol de  kayak   , la  bastonnade de cyclotouristes à  Saint – Louis .  Vive l’ évolution  ! 

Mister Eric

Eh bé ça tombe bien pour l’UC, l’année prochaine, on célébrera l’anniversaire de la mort tragique de Guy TAMAI. 

Floyd

Ouais, et la levée du deuil risque d’être mouvementée. Certains auront des sérieux comptes à rendre.  

Floyd
Bof, la stratégie des grands perdants (RumpUC) du dernier scrutin est simple voire simpliste, -> chaise vide -> terre brûlée -> pompier pour éteindre le feu. Eh oui, on le voit déjà, c’est le bon vieux jeu de la radicalisation des extrêmes, des deux blocs antagonistes, kanaks contre français…….etc. De la démagogie et du populisme de bas étage tout ça, rien à voir avec un Destin Commun, ni même avec l’ADN. Côté UC Sud, on chauffe la marmite avant de mettre le feu comme à St Louis. Côté Rump aussi, on fait chauffer la marmite de la peur des autres… Read more »
wpDiscuz