Le Zoreille selon Olivier Houdan

80
6 371

zorePresque un mois après la publication de cette lettre d’Olivier Houdan dans les infos, il est peut-être temps d’en parler. La tension s’est apaisée, les esprits sont libérés et l’orage est passé. Après un carton jaune sorti hier, je me sens obligé de sortir le rouge pour ce papier. Olivier Houdan brocarde et stigmatise les Métropolitains en les caricaturant. Cette lettre a été mise à notre disposition par le rédacteur en chef des “Infos” (Thierry Squillario). Celle-ci est parue dans “Les Infos” n° 331 en date du 13 mars 2009. Je le remercie… (même si Tardy a prit les devants cet après-midi). Mon collègue blogueur Eric Douyère en parle aussi

La Lettre d’Olivier Houdan ( à propos des zoreilles)

C’est une espèce à part. Une espèce en provenance généralement et majoritairement de cette France que l’on dit métropolitaine. Depuis mon plus jeune âge, j’en ai rencontré des dizaines et côtoyé des centaines, ici où là-bas, mais depuis un certain temps, il me semble en voir de plus en plus. Ils n’ont pas de caractéristiques physiques propres mais des éléments organiques et surtout mentaux qui n’appartiennent qu’à eux-seuls.

On les reconnaît même parfois, sans les voir. Certains d’entre eux, et en particulier ceux venant du Sud de la France, ont la redoutable capacité de parler en public à voix haute, sans se soucier des autres ; de toujours vouloir se faire entendre en imposant leur présence vocale. Cette capacité a le don d’hérisser rapidement les poils des bras autochtones et d’exciter très vite les connexions neuronales de mes compatriotes. En temps normal, l’insulaire s’exprime généralement de manière posée, lente et raisonnée. Pour lui, la parole va bien au-delà du simple alignement de phrases et les pauses silencieuses entre les groupes de mots ont presque un rôle initiatique vis-à-vis de son interlocuteur. Respecter ces silences, c’est respecter d’abord celui qui parle. Les sudistes hexagonaux ont également la faculté de conserver, envers et contre tout, leur accent inimitable, comme une macule qu’ils souhaitent indélébile, comme un signe identitaire rassurant qui leur permettent de se faire connaître et, suprême honneur parmi la masse insulaire, d’être  immédiatement reconnu.

Plus catégorique apparaît la propension des membres de cette espèce à vouloir commander, diriger, régenter, gérer. En la matière, ils se découvrent soi-disant, bien malgré eux, incontournables et bien entendu indispensables. Ils n’aient pas de domaines qui échappent à leur volonté de direction. En toutes choses, en toutes matières, ils doivent avoir leur mot à dire, leurs arguments à formuler, leur expérience à faire partager, c’est-à-dire la plupart du temps, à imposer. Lorsqu’ils n’y sont pas expressément conviés, ils prennent volontiers la parole, toujours avec ce désir de supplanter l’autre en apparaissant aux yeux du plus grand nombre comme les seuls garants du progrès, les moteurs de l’évolution de l’espèce humaine dont ils se veulent les seuls vrais représentants éclairés et civilisés et les parangons de la Connaissance. Il va de soi que toutes les barrières, fussent-elles de corail, n’entament en rien leur détermination à gouverner. A l’intérieur de l’enclos coralien, un nouveau territoire s’ouvre à leur obsession de pouvoir et de commandement. Un enclos où, naturellement, ils sont les plus forts, les plus intelligents, en somme les mieux à même de diriger. Un archipel comme la Nouvelle-Calédonie devient alors un terrain d’expérimentation idéal et un laboratoire d’essais grandeur nature pour la maturation de leur petite personnalité et l’affinage de leurs vertus. L’Equation n’en est que plus savoureuse à résoudre.

Symptomatique est aussi leur faculté soi-disant naturelle à distribuer les bons points, les bons conseils, les satisfecit dans tous les domaines, et a fortiori, de critiquer allégrement et de mettre en exergue les défauts. Car, eux, ils savent. Tandis que nous, pauvres pêcheurs de picots, nous ne pouvons qu’être, à côté de leur magnificence, des ignorants ne comprenant rien à rien. Parfois même, nous sommes réputés incapables d’intégrer les faits se déroulant dans notre propre pays. Il n’est pas rare de rencontrer parmi eux, après leur deux, trois ou quatre ans de séjour, de véritables spécialistes de la Nouvelle-Calédonie.

Deux ans de présence et un professeur de géographie à l’IUFM est invité sur les plateaux de RFO comme consultant politique lors d’une soirée électorale, distillant ses avis éclairés, commentant à chaud les résultats d’une lointaine commune dont il écorne le nom, comparant les gains et les pertes de voix d’une élection sur l’autre, oubliant au passage de préciser aux téléspectateurs, qu’au moment de la dernière élection dont il parle avec assurance, il passait son baccalauréat en France…

Deux ans de séjour suffisent amplement pour découvrir de véritables docteurs en sciences politiques, spécialistes de la Nouvelle-Calédonie. Ils n’hésitent pas alors à refaire l’histoire politique du Caillou et à ruminer les sempiternelles marottes et les incontournables lieux communs.

Deux ans de séjour, et sans coup férir, s’élève parfois devant vous, des théoriciens avertis de la sociologie en pays caldoche.  Ils se moque ouvertement et sans ambages de l’accent de certains de nos compatriotes et concluent leur remarque d’une superbe envolée lyrique sur les conséquences d’un atavisme facilité par le segment historique du bagne, la réelle ampleur d’un métissage biologique mésestimé et une nouvelle formulation du complexe archipélagique, à moins que ce ne soit, kava aidant, un énoncé grandiloquent sur le destin commun des peuples et l’entente entre les nations…

Deux ans d’affectation au collège de Houaïlou, et Maurice Leenhardt peut aller se rhabiller, tant certains exogènes se propulsent eux-mêmes, spécialistes des lignages kanak et réinventent l’espace-temps en pays Ajié.
Il y a de quoi être impressionné. Vraiment.

Deux, trois ou quatre ans de séjour, et la population néo-calédonienne de longue date peut donc s’enorgueillir de posséder des kyrielles de spécialistes en tout genre qui ne cessent de se renouveler au rythme des arrivées et des départs. Nous possédons donc, à la surface de notre richesse en nickel, des gisements inépuisables et répertoriés de grands connaisseurs de l’univers calédonien, toujours disposés à faire partager leurs croyances. Quelle chance nous avons ! S’ils n’existaient pas, il faudrait vraiment les faire venir, car on aurait du mal à s’en passer ! Leur cruelle absence nous pèserait tellement !

C’est véritablement une espèce à part, mais le domaine où ils se révèlent parmi tous et où ils excellent plus que tout, c’est leur mentalité. Leur système de pensée n’est assurément pas le nôtre. Il peut être schématisé sous la forme d’une figure géométrique à six côtés (cela va de soi) dont chacun est significativement le porteur d’une caractéristique presque immuable : la domination, l’envie, le comparatif, la prébende, l’intérêt et l’accumulation : ce sont les six pêchés hexagonaux. Nous touchons là à l’essence même de la définition du zoreille qui se distingue d’abord et avant tout, par son état d’esprit et ses prolongements mentaux.

Ils sont particulièrement doués pour le calcul, mais pas n’importe quel calcul. Dans la grande majorité des cas rencontrés, observés et étudiés avec préméditation et presque délectation, l’Equation à résoudre est d’une redoutable simplicité. C’est d’abord une Equation à aucune inconnue, ce qui facilite grandement les choses.  En effet, les sommes mensuelles sont invariablement identiques à quelques unités près et le coefficient multiplicateur est d’au moins 1,73 % sans excéder toutefois, 1,94 %. C’est ensuite une Equation finalement toujours positive qui font de ses bénéficiaires directs des éternels gagnants patentés. C’est enfin une Equation qui ne connaît que deux modes opératoires : l’addition des avantages et la multiplication maximale des bénéfices. Il va de soi que la soustraction et encore moins la division n’ont le droit de citer puisque l’objectif ultime est de faire fructifier son dû. Car dû, il y a. Nombre d’entre eux considèrent leur travail comme un sacerdoce et leur expatriation temporaire, comme une mission de la plus noble facture. Il est donc admis que ce travail d’abnégation, sous l’implacable soleil des tropiques, au contact d’un public qui ne cherche pas à les comprendre, entraîne évidemment leur nécessaire sur-rémunération, signe intangible du travail récompensé et du devoir accompli pour la mère-patrie.

Cette obsession à résoudre l’Equation de manière efficace et rapide, c’est-à-dire en deux ans minimum et en quatre ans maximum, a parfois pour conséquence des comportements et des agissements d’un autre âge que l’on croyait disparu.  Ainsi un membre de l’espèce n’aura de cesse, au contact des autochtones ou de ses congénères, de vouloir tout faire partager : les achats de nourriture, les repas, le vin à table, les frais d’essence, le loyer quand il niche en colocation, le coût de l’électricité, etc. C’est pour le témoin oculaire qui assiste à ce type de scène pour la première fois, une preuve indubitable d’un souci égalitaire, une volonté avérée de faire triompher la justesse à défaut d’établir un sentiment de justice. Ne nous y trompons pas. Diviser la note et les coûts a pour utilité première de soustraire notre objet d’étude à des sommes et des frais qui ne feraient que contrarier la résolution efficace et rapide de l’Equation…

Il en va de même de la consommation qui reste un effort minimal essentiellement consacré aux dépenses vitales, hélas difficilement réductibles. Ainsi, on rencontre davantage de ces spécimens dans les spectacles, conférences et manifestations gratuits et ils se regroupent comme par enchantement devant les produits de dégustation offerts par les marques locales du secteur agro-alimentaire dressant leurs stands dans les travées des hypermarchés. Quand le paiement est obligatoire alors on cherche à réduire au maximum les tarifs : la chasse est alors ouverte aux bons de réduction et aux offres de rabais sur les biens marchands et les services culturels, à moins de trouver un congénère pour partager… Une famille de fonctionnaires expatriés fraîchement débarquée, qui n’a pas encore eu connaissance de la dernière ligne de sa fiche de salaire indexée, et qui déjeune « Chez Bernadette » en tête à tête, commandera donc prudemment deux steaks-frites-salades que se partageront (encore une fois) les parents et leurs trois enfants. Ainsi, ils inventent puis mettent quotidiennement en pratique un nouvel agrégat économique : la conso-épargne… Alors, pourquoi, sans cesse et toujours, la recherche de l’avantage aussi minime soit-il ? Pourquoi cette propension si caractéristique à leur destinée, de ne rarement donner et devoir, mais éternellement recevoir et avoir ?

La recherche effrénée et exclusive de l’avantage s’accompagne parfois de l’expression d’une mauvaise foi caractérisée et d’un culot sans limites. Pour résoudre l’Equation, il va sans dire que tous les moyens sont bons, même les plus vils. Entreprendre une colocation avec un ou plusieurs membres de l’espèce est, pour l’endogène que je suis, une expérience dont on ne sort que très rarement indemne. Je l’ai bien sûr appris à mes dépens. A Maré, une de mes colocatrices et collègues, que j’avais accueillie à la manière calédonienne, c’est-à-dire avec humanité, compréhension, bienveillance et à bras ouverts, me reprocha, au moment de payer son loyer, d’inclure dans la somme préalablement convenue les périodes de vacances scolaires durant lesquelles elle était absente !!! Les bras m’en tombent encore. A une autre époque de l’année, une autre colocatrice, qui officiait comme bibliothécaire dans le même collège et ayant appris la fin prochaine de son contrat, laissa volontairement les 3 brûleurs du réchaud à gaz allumés pendant toute une journée m’expliquant, le plus normalement du monde, qu’elle souhaitait vider le contenu de la bouteille de gaz qu’elle avait achetée quelques semaines auparavant, afin de rendre le contenant avant son départ et de récupérer ainsi le montant de la consigne ! Je suis resté sans voix, mais cette fois-ci en serrant les poings. Inutile de préciser, à la lecture de ces faits avérés, qu’il s’agissait, à chaque fois, d’éminents représentants de l’espèce.

Et comme, pour eux, il n’y a pas de petit profit et donc de petites économies, à quelques semaines du retour définitif vers la mère-patrie, les panneaux d’affichage des mess, salles de profs et autres couloirs des administrations se couvrent à intervalles réguliers de listes d’objets à la vente qui résument à elles seules et jusqu’au dégoût l’objectif premier, le but final : toujours arrondir le résultat de l’Equation à l’unité supérieure. Egouttoir à vaisselle à 200 francs CFP ; bidons de produits ménagers entamés : 150 francs ; bouteille d’huile d’olives à moitié pleine : 250 francs ; éponges à récurer usagées… La liste est parfois longue. Trop longue. A la lecture de ces propositions alléchantes, mon premier réflexe serait, au choix, la déchirure, le crachat ou la mention manuscrite d’une remarque acerbe. J’ai depuis longtemps et passionnément parier sur la raison et le travail avec pour seul objectif de faire en sorte qu’un nombre toujours croissant d’enfants de mon pays accède aux fonctions, aux emplois et aux responsabilités qui nous permettront un jour, que j’espère le plus proche, de remplacer l’espèce exogène par l’espèce endémique.

PARTAGER
Article précédentLa CSTNC lance un appel au peuple calédonien
Article suivantLes spams existaient déjà en 1789 !
Créateur le 18 octobre 2006 du blog Calédosphère, Franck Thériaux est papa à temps plein d'une petite fille née le 1er Juin 2012. Selon son entourage, il passe beaucoup trop de temps sur internet… Membre émérite de la rédaction, il vit aujourd'hui en métropole après 23 belles années passées sur le Caillou. Il est en contact quotidien avec l’équipe et continue à participer à la vie de son « bébé numérique »
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
adalberon

Tant de susceptibilité…

Je l’ai lu au second degré, ça m’a fait marré car j’en connais pas mal qui SONT cette caricature. Aprés evidemment, ils sont pas tous pareil, c’est le principe de la caricature.
Et puis il faut avouer que les zoreilles sont utiles pour renouveller le sang calédonien sinon gare à la consanguinité !! 🙂

PS: la derniere phrase était sans doute de trop.

casoar

Lors de cette petite sauterie, rue de Ventadour, Paris, faudra penser à convier un charmant couple, ami d’un des précédememnt nommés: madame flirtait en salle des profs avec les caldoches loyalistes purs et durs, monsieur -dans un autre établissement, truffait ses cours d’allusiosn indépendantistes. Et ce durant les “événements”. Vos suggestions sont les bienvenues pour le programme de la sauterie en Zoreillie de haut vol, dont raffolent les bouffeurs de zor’

casoar

La prose du sieur Houdan Olivier : la placarder à l’arrivée à Tontouta, sur la vitrine de la Maison de Nouvelle Calédonie, à Paris. Le Joinville du sieur Berger ? Un autoportait de l’artiste. A placarder partout également. Et reverser des droits à ces créateurs, évidemment. Je propose même une expo Houdan-Berger, maison de la Nouvelle Calédonie, à Paris. Avec participation de Barbançon, qui compare les métros à des coqs, dans sa Terre du lézard (sa terrre lézardée ?) lui qui sait si bien faire le coquelet en ce lieu sis en Zoreillie de haut vol.

Nicolas

#73
Vote -1 Vote +1Devécu
mars 18th, 2010 at 18:25

“Aller basgi y VINCEREMU à tout les Corses vivant sur le Cailloux (la 2ème plus belle ile du monde) ;)”

J’avais pas vu ça!
Mon con, les vrais Corses, qui aiment la Corse, ben ils sont en Corse… Logique, non?
Ils viennent pas faire du 5/5 en rappelant une vague origine, comme ça, juste pour frimer.
Les autres, qui mettent des auto-collants à l’arrière de leur Twingo, c’est des rigolos (j’allais dire “clowns”, mais ça aurait été insultant pour eux: les clowns, pas les rigolos…)

KTM

Ne mélangeons pas tout, Monsieur O.Houdan est peut être Calédonie Ensemble ce que je ne pense pas !!! Mais je peux vous garantir que M.Aïfa n’est pas Calédonie Ensemble….
Bien à vous !!

casoar

On est toujours le zoreille de quelq’un. Merci pour votre prose monsieur Houdan, ainsi les choses sont claires.

Devécu

Amis Zoreilles, Polynésiens et j’en passe n’oublions pas que les TSAU (traines savates alcoolisés utopistes) ou MIA (Méla indépendantistes alcoolisés), qui trainent sur les pelouses de Néa pensant le plus grand mal des principes qui nous unissent , sont des citoyens français avec des droits supérieurs aux restes des citoyens de France et de Navarre … LES EXCLUS C’EST NOUS…

Devécu

A mon gros goffu de Maré (Olivier Houdan)…
Si tous les gros cons (dont tu dois en faire parti) de la planète ne représentaient qu’une seule espèce qu’une seule ethnie qu’une seule religion crois moi je serais le premier à cautionner le racisme;
Mais malheureusement tout n’est pas noir comme toi ou blanc comme moi… (mon pti frère de 14ans l’a bien compris…)

Aller basgi y VINCEREMU à tout les Corses vivant sur le Cailloux (la 2ème plus belle ile du monde) 😉

Antoine

J’avais pas lu à l’époque ça lettre….
Le Monsieur ne fait pas dans la nuance et crois résumer ainsi plus de 20 régions métropolitaines de la Bretagne à l’Alsace en passant par l’Auvergne.
En somme avec sa description sans nuance il pratique ce qu’il dénonce, le : Moi je sais, moi j’ai vu, je les connais la-bas, il sont tous comme ça.

Petit Monsieur qui aime s’écouter parler va !!!!

babe
Je suis consternée, pétrifiée par ce que je lis, par tant de rancoeur et de contradiction. Voilà pourquoi je doute de l’évolution de ce pays car pour avancer d’un pas nous reculons de trois…J’ai choisi de vivre en Nouvelle Calédonie en vendant tout en France, et ce depuis 10 ans maintenant. Je travaille, je paie des impôts, je fais partie intégrante de la vie économique de ce pays et pourtant tout cela ne s’est pas fait facilement ou par l’opération du Saint Esprit, je n’ai pas le droit de vote, je n’ai pas le droit de m’exprimer par la voie… Read more »
wpDiscuz