Les partis politiques sont-ils des sectes ?

1
1 942

conditionnementQuelle désolation d’écouter au quotidien les politiciens nous faire part de leurs avis et remarques sur un projet de loi, en l’occurrence le dernier qui fait débat en ce moment, celui qui concerne le « Mariage pour tous ». C’est à croire que ces gens n’ont en fait aucune liberté de penser, comme s’ils devaient suivre une ligne de conduite sans s’en écarter d’un poil.

A mes yeux, aujourd’hui, un parti politique c’est un ensemble d’individus partageant une même doctrine dictée par un chef car vous n’allez pas me faire croire que les 95% des politiciens de droite qui sont contre le « Mariage pour tous » pensent tous pareil. Idem pour la gauche ou 95% des socialistes sont pour. Ne peut-on pas être de gauche et être contre ce projet de loi ? Ben non, en politique, les esprits contradictoires n’existent pas ou alors très peu. Alors que les citoyens électeurs sont partagés sur le sujet, les responsables politiques eux ne le sont pas, comme ci c’était une « race » à part…

Nous n’avons pas le droit d’obliger qui que ce soit à penser comme nous. Mieux, à la limite ce droit revient à dire : « je suis opposé complètement à vos opinions, mais je me battrai de toute mes forces pour faire en sorte que vous pouviez les exprimer ». Mais il y a le principe et son application, il y a le principe et ses abus. Il est facile de proclamer en l’air que chacun a droit a sa liberté de pensée tout en continuant à regarder d’un mauvais oeil celui qui a des opinions différentes des siennes. On peut en théorie être « pour » la liberté de pensée, mais quel sens cela a-t-il quand par exemple un Président de la République ne supporte pas que ses Ministres votent de manière différente, qu’ ils ne suivent pas une ligne de conduite ou un projet de loi ! Quel sens cela a-t-il de prétendre que l’on respecte la liberté de pensée quand on hausse les épaules pour qualifier de « n’importe quoi » toute opinion simplement différente des nôtres . La réalité concrète révèle le plus souvent un conformisme mou (la passivité qui fait que l’on adopte les opinions ambiantes par faiblesse de personnalité) ou diktat autoritaire (le milieu imposant ses règles, ses croyances, ses choix etc. et interdisant toute opinion différente sous peine de mise à l’écart).

La politique, je vous le dis çà devient désolant au bout du compte quand on réfléchit bien. Ce clivage gauche/droite est à gerber !. Et en Nouvelle-Calédonie, j’vous rassure c’est pas mieux voir pire. Il n’est en effet pas rare de voir des militants complètement endoctrinés par leurs gourous (Frogier ou Gomès) défendre des idées bec et ongle même s’ils pensent eux-mêmes différemment… CQFD

Enfin, un peu d’histoire concernant la droite et la gauche car il faut savoir ce que ca représente au bout du compte. Comment est née cette bipolarité qui monopolise le débat actuellement

La division droite et gauche est née pendant la Révolution française. Quand les tout nouveaux députés de l’Assemblée de 1791 ont dû se décider sur le rôle du roi, ils n’étaient pas d’accord. Certains voulaient que le roi conserve des droits (les conservateurs), d’autres souhaitaient que ses droits soient limités (les partisans du changement). Pour se distinguer, les conservateurs se sont assis à la droite du président de l’Assemblée et les partisans du changement, à sa gauche.

Ainsi sont nées la droite et la gauche.

Aujourd’hui, à l’Assemblée nationale, les députés de droite ont conservé leur place à la droite du président de l’Assemblée, les députés de gauche, à sa gauche, et ceux du centre au centre.

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
olivier blanc

Entièrement d’accord, c’est du n’importe quoi, l’ego, la vendetta et l’enrichissement personnel aux détriments des citoyens !

L’institut Pasteur et son menteur d’entomologiste, laurent Guillaumot, pénalise la santé mondial pour une question d’ego et de jalousie !

Pour un individu comme lui, il y a beaucoup de mots ! 🙁

wpDiscuz