Les enjeux politiques du PALIKA

3
2 318

palika_assemblee-660c

28 juillet 2013,
Cet article va tenter d’analyser les raisons de l’émergence d’un désintérêt grandissant à l’égard de la lutte politique qui se traduit par une abstention très importante chez les Kanak d’une part, mais aussi il s’agit de mettre en lumière les zones d’ombres des pratiques colonialistes s’agissant de politique d’encouragement au communautarisme pour contrer le droit à l’indépendance du peuple kanak. L’objectif que vise le FLNKS, c’est de construire le vivre ensemble en préparant le pays à s’assumer en tant que Nation souveraine.

Elections de 2014 : Un véritable casse-tête pour le mouvement indépendantiste.

2014 est dans tous les esprits. Mais mine de rien, les choses risquent de ne pas être évidentes pour choisir les hommes et les femmes qui vont aller nous représenter. Une réelle anxiété s’empare des responsables politiques qui vient du fait que la population est exaspérée devant tant d’incapacité de nos responsables à se mettre au diapason des enjeux et des problèmes du pays. Et à regarder de près, lorsqu’on fait le tour des responsables politiques calédoniens susceptibles d’incarner la confiance du peuple on se dit qu’il y a beaucoup qui ne font plus l’affaire, même y compris du côté indépendantiste. Beaucoup de responsables en lice aujourd’hui ont trempé dans l’alliance avec la droite sur des bases qu’ils n’ont toujours pas réussi à expliquer correctement ou qu’ils ont décidé de cacher. Beaucoup sont clairement dépassés par les enjeux et l’activité politique. D’autres n’ont que faire de l’intérêt général. Si on rajoute à cela la situation des partis indépendantistes, on s’aperçoit que la ligne politique n’est pas claire du tout. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait désintérêt grandissant à l’égard de la lutte politique qui se traduit par l’abstention très importante chez les Kanak. Dans ce contexte nouveau, le mot d’ordre d’UNITE devient l’élément fédérateur, le sauveur des partis et des responsables. L’UNITE, c’est l’arbre qui cache la forêt des incohérences et des visées personnelles et opportunistes qui ne recherchent que le pouvoir. Or, l’UNITE n’est pas quelque chose d’inné ou qui une fois réalisée, est acquise définitivement. Non, ses assisses doivent être en permanence renouvelées selon les conditions de lutte ou de travail.
L’UNITE dans notre lutte peut faire le lit de tous les calculs politiques en ce sens qu’il est à la fois, le moyen pour gagner plus efficacement mais aussi le « cache dictature ou opportuniste ». Le débat pour les prochaines élections de 2014 devra au minimum apporter une certaine clarté sur l’engagement des uns et des autres.

DANGER : La droite monte les communautés contre les KANAK.

La création d’un Conseil Consultatif Coutumier Wallisien et Futunien par le RUMP
Sous prétexte qu’ils sont en KANAKY depuis longtemps, qu’ils sont citoyens, qu’ils représentent la 3ème composante de la population calédonienne, les Wallisiens et Futuniens de NC veulent créer un Comité Consultatif Coutumier. Ce comité serait consulté sur toutes les affaires importantes du pays. Cette demande est inacceptable. D’abord, parce qu’il laisse entendre que cette communauté doit disposer des mêmes droits que le peuple Kanak en KANAKY. Or, si les dispositions ont été adoptées par l’ADN pour reconnaître que le peuple KANAK ait une identité propre c’est bien parce qu’il est le peuple autochtone, qui a été colonisé. Par ailleurs, la reconnaissance de l’identité Kanak n’a pas été mise en œuvre jusqu’à son terme dans la loi. Il serait paradoxal qu’alors que le peuple KANAK n’est pas entièrement établi dans ses droits, on se mette à reconnaître des communautés comme si elles étaient des peuples en Kanaky-NC. Enfin, le défi c’est de construire le vivre ensemble sur la base des droits ouverts à chaque citoyen de NC. Comme du temps des milices wallisiennes et Futuniennes de la droite locale,Pierre FROGIER veut aux côtés des responsables Wallisiens et Futuniens, promouvoir le communautarisme pour soutenir la droite coloniale contre le droit à l’indépendance du peule Kanak.

Olivier MOALA créé un parti Wallisien et Futunien anti-indépendantiste.

Olivier MOALA se moque du monde lorsqu’il prétend avec son nouveau parti assainir la politique en NC. Qui ne connaît pas ses pratiques de syndicaliste ? Il créé un autre parti anti-indépendantiste, communautariste. On va assister à une véritable foire à empoigne dans le monde politique les prochaines années, prélude à un chaos politique nuisible pour la bonne compréhension des enjeux de l’indépendance. Olivier MOALA n’est-il pas en train de se préparer à négocier comme beaucoup de petits partis des places au sein des grands partis de droite. En tout état de cause, c’est un nouveau parti de droite comme le ROC de 2009.

La voix des « Kanak non-indépendantiste ».

C’est le mouvement communautaire des Kanak de droite. Ceux-là même qui pendant longtemps préféraient le mot Mélanésien au mot Kanak. Ceux-là qui ont du mal à se retrouver dans les clivages qui à droite contredisent profondément leur façon d’être. Ceux-là même qui sont de droite lorsqu’ils sont en campagne ou lorsqu’on les voit dans les réunions de droite. Ceux-là même qu’on a du mal à qualifier de droite lorsqu’ils sont dans le milieu Kanak. Finalement, on y trouve ceux qui ont beaucoup parlé au nom de la droite et qui sont en difficulté aujourd’hui au sein des partis de droite pour se faire réélire. Simon LOUECHOTTE est le meilleur exemple. Il y a ensuite ceux qui sont de droite par héritage et fidélité aux anciens, mais qui ne se retrouvent plus du tout dans ce qui se fait à droite aujourd’hui. Il y a enfin, ceux qui voient une opportunité de se faire connaître. Mais vous aurez remarqué, il n’y a plus beaucoup de jeunes.

Plusieurs thèses graves et inquiétantes sont défendues sur le fond par les Kanak de droite. En proclamant d’emblée que les Kanak forment « une communauté », Ils considèrent que ce n’est pas un peuple issu d’une grande civilisation qui s’est construite sur cette terre de KANAKY/NC durant des siècles. Ils réduisent le peuple Kanak à une communauté comme la communauté Wallisienne et Futunienne etc. Mais la contradiction ne tuant pas, cela ne les gêne pas de dire qu’ils sont contre le communautarisme.
Ils ne parlent pas de la colonisation alors qu’ils sont tous issus de clans, de tribus etc. dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ont subi le fait de colonisation. C’est un manque de courage alors même que les partis de droite et la France ont voté la constitutionnalisation de l’ADN qui parle de colonisation, d’émancipation et de décolonisation.

Cela fait en effet « SOFT » de parler de la République égalitaire dans la diversité en NC. Quelle est le visage de cette République Française qu’ils défendent. Celui qui a voulu anéantir le peuple Kanak et sa civilisation ou celui qui sert de modèle en métropole dont on connaît les limites quant à la façon de traiter la diversité. La France des droits de l’homme dont ils se revendiquent a été ségrégationniste dans ses colonies et sans parler de l’indépendance, la NC d’aujourd’hui reste une société inégalitaire avec la France car construite sur le modèle français.

Les Kanak de droite veulent participer aux discussions pour défendre les thèses de leurs aînés. Mais, que valent ces thèses dans une société calédonienne d’aujourd’hui qui a profondément changé et qui n’est plus celle de nos pères à tous. Et pourquoi, s’arque-bouter derrière le slogan du maintien au sein de la République Française, alors que chacun des responsables kanak de droite défend chaque jour dans nos tribus le fait qu’il faut se prendre en charge nous-mêmes. Quelle plus belle preuve de dignité et de courage que celle de rediscuter du lien avec la France pour la redéfinir sur de nouvelles bases.
Alors, on a envie de dire : Un peu de courage politique.

L’indépendance est inéluctable.

La droite coloniale recherche un statut entre la quasi-indépendance et ….l’indépendance.
Le florilège de propositions et de débats sur l’après référendum de sortie offre un panel très large qui brouille les cartes. Pour les indépendantistes qui proposent que le pays accède à la pleine souveraineté la donne est simple. Face à eux, c’est plus compliqué car on a du mal à lire ce que veut la droite locale :

– La droite groupusculaire des MPC, FN, la droite dure du RUMP etc. défendent becs et ongles le maintien simple au sein de la République Française.

– Le RUMP/AE/LMD veut un statut aux confins de l’autonomie que ses juristes traduisent comme l’indépendance association.

– Calédonie Ensemble propose que la NC accède à un statut de petite nation dans la grande nation française qu’il faut éclairer.

En réalité, la droite est à la recherche d’un statut valable pour la NC d’après 2014. Car, elle vient de s’apercevoir que l’ADN n’a prévu qu’une seule alternative politique à la situation actuelle : c’est l’accession de KANAKY/NC à un statut d’état indépendant par référendum. Et de plus, il est prévu que le référendum interroge 3 fois jusqu’en 2022 sur la même question : accéder à la pleine souveraineté.

Contrairement à ce que disent GOMES et FROGIER, l’ADN n’a pas prévu de choix entre accession à l’indépendance ou maintien au sein de la République Française. Ni, de choix entre accession à l’indépendance ou maintien du statut actuel.
Alors, on peut se demander pourquoi les indépendantistes se précipiteraient-ils, pour trouver une solution qui arrangerait la droite avant 2018 alors qu’ils ont jusqu’à 2022 pour obtenir l’adhésion du peuple calédonien au projet d’indépendance. D’autant qu’on constate que malgré leur NON catégorique aux transferts des compétences emblématiques (enseignement du secondaire et transfert du droit civil et droit commercial etc.), la droite coloniale fait avec et gère même les compétences longtemps redoutées.

Y-aurait-il une raison suffisante du point de vue du combat pour la dignité et la liberté des peuples pour que les indépendantistes renoncent à ce projet pour notre pays, alors que:

– cela fait 70 ans après la fin du régime de l’indigénat avec la seconde guerre mondiale qu’ils se battent contre le système colonial.

– les mentalités évoluent depuis 1976 en faveur de l’idée que ce pays peut accéder à la pleine souveraineté si tous ses enfants se mobilisent en sa faveur.

– la citoyenneté et le vivre ensemble font leurs chemins à grands pas depuis 10 ans

– nos enfants se forment ensemble pour assumer correctement tout le potentiel de leur pays

– comme le montrent les ACCORDS de MATIGNON/OUDINOT et NOUMEA, le pays a prouvé qu’il est capable de grande chose pour peu qu’il met l’intérêt général au-dessus de tout.

– la réalisation de l’usine du nord et des autres partenariats, le développement économique du Nord et des îles, la présence de plus en plus forte d’investisseurs privés dans nos régions, montrent que le fait d’être indépendantiste n’est pas un obstacle pour les investisseurs. Au contraire c’est un gage pour l’avenir de conclure avec les indépendantistes et les Kanak.

Le seul appel qui vaille aujourd’hui : c’est de construire le vivre ensemble en préparant le pays à s’assumer en tant que Nation souveraine.

AG PALIKA YATE

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Rigoberto
Les partis loyalistes comme le MPC ou le MRC qui veulent avancer la date du référendum couperet en 2016, ne nous ont pas expliqué avec quel parti (l’UC ou le PALIKA) ils s’associeraient pour trouver la majorité des 3/5 nécessaire afin de le déclencher, sachant qu’en additionnant tous les élus loyalistes nous serions loin du compte (31 élus loyalistes en 2009 pour 33 pour les 3/5). Il semblerait que le PALIKA veuille attendre le plus possible, soit 2018, afin que le rapport de force lui soit plus favorable qu’en 2016 et que le dernier référendum puisse se tenir le plus… Read more »
Rigoberto

Et dire que CE nous présentait le PALIKA comme un parti fréquentable avec qui ont pourrait négocier la petite nation dans la grande éclairée…
Et patatras le PALIKA c’est “l’indépendance en 2018-2022, il n’y a rien à négocier”.

Popol a roulé Gomès dans la farine.

Philippe Blaise
Le PALIKA maîtrise toujours aussi bien la dialectique marxiste, mais il y a comme dans tous les discours marxistes une démonstration qui repose sur des raccourcis fallacieux ou des contre-vérités L’ADN a simplement prévu de demander si nous voulons oui ou non accéder à l’indépendance (synonyme de transfert des compétences régaliennes). Si les gens votent NON, a priori ce n’est pas pour ensuite étudier un statut d’indépendance. Le bilan économique des provinces Iles et Nord est mauvais : elles fonctionnent sous perfusion de la clé de rééquilibrage avec l’argent des gens du Sud. Si son modèle économique est si génial,… Read more »
wpDiscuz