André Dang est intervenu dans Les Nouvelles pour répondre avec son ambiguïté et sa bonhomie légendaire aux questions qu’on a bien voulu lui poser. Véritable tribune politique, ce document est remarquable à un point tel qu’il mérite sans doute de figurer dans les archives de l’histoire politique du pays : un industriel explique au peuple, à la place des élus, ce qu’il convient de faire avec le nickel. Il est vrai que lorsque le politique connaît une telle faillite, des brèches s’ouvrent. Mais quand on s’intéresse vraiment à la question, et qu’on sait à quel point les décisions nickel sont vitales pour notre avenir, on a tendance à lire avec attention les questions et les réponses, et surtout à tenter d’y réfléchir. Et il se produit alors un phénomène très amusant : comme pendant un test d’Ishihara, d’autres informations apparaissent à nos yeux, et pas forcément celles auxquelles on s’attendait :

« (STCPI) En pratique, ce sont les présidents des 3 provinces qui ont un pouvoir décisionnel »

Pas vraiment. La Province Sud a 50% des actions et les provinces Nord et Iles, regroupées dans la société Nordiles, les autres 50%. Mais les statuts de la STCPI prévoient que l’actionnaire Nordiles a une golden share, c’est à dire une voix prépondérante. C’est Nordiles qui décide donc de tout à la STCPI sans avoir besoin de la Province Sud. Et au sein de Nordiles, la Province Nord a la même golden share, c’est donc elle qui décide de tout sans avoir besoin de la Province des Iles. Au final, c’est la Province Nord seule qui contrôle la STCPI. Les provinces Sud et Iles n’ont aucun pouvoir. La Province Sud peut seulement proposer un nom de Président délégué, mais seule la Province Nord a le pouvoir de l’autoriser ! Le Président délégué est donc statutairement nommé par la Province Nord.

Et ce n’est pas tout, les statuts de la STCPI prévoient aussi que 75% des dividendes, c’est-à-dire l’argent qui vient de la SLN, appartiennent à Nordiles. La Province Sud n’en touche que 25%. Tout le monde se laisse donc berner par le « 50/50 » apparent, mais tout le pouvoir de décision et la grande majorité des dividendes appartiennent à la Province Nord.

« Eramet, maison mère de SLN, est cotée en bourse. A ce titre, elle peut être la cible d’une OPA comme ça a été le cas pour Arcelor ou Péchiney. »

Regardez bien cette phrase : ce qui est important… n’y figure pas. Arcelor a en effet été rachetée pour 25,6 milliards d’euros par Mittal en 2006. Mais le dire c’est ne pas dire que Posco est cotée en bourse également, à New York. Posco est un aciériste aussi, comme Arcelor, et Posco vaut aujourd’hui en bourse environ 19 milliards d’euros. Donc moins cher que ce que Mittal avait payé pour Arcelor. La majorité de son capital est flottant (c’est-à-dire librement disponible sur le marché : vous pouvez acheter des actions quand vous voulez si ça vous intéresse !) L’état coréen ne détient que très peu d’actions de la société (moins de 10%), au contraire d’Eramet dont l’Etat détient 26%. Il semble donc que Posco soit sujet au risque d’OPA aussi, finalement. Alors pourquoi leur avoir vendu nos mines si c’est risqué ? Monsieur Dang ignore-t-il la composition du capital de Posco ?

« A propos d’usine offshore, que pensez-vous du projet du groupe Maï avec JinPei pour une installation au Vanuatu ? »

« Ce serait une usine de plus. » Attenez, laissez-moi compter… Ben oui, une nouvelle usine c’est effectivement une usine de plus. Là c’est logique, rien à dire.

« Mais le partenaire calédonien serait privé. Or un privé peut vendre quand il veut. Si les chinois font une très belle offre à M. Maï, qu’est-ce qui les empêchera de mettre les pieds en Calédonie ? »

Eh bien sans doute la Province, dont l’agrément est obligatoire pour les cessions de concessions minières… C’est quand même fou que Monsieur Dang fasse semblant d’ignorer le code minier ! Mais ce n’est pas le meilleur : le risque serait donc de laisser entrer les chinois en Calédonie. Et Jinchuan, c’est pas des chinois ? La SMSP a donc le droit de faire ce qu’elle veut avec des chinois, mais si quelqu’un d’autre fait pareil, c’est-à-dire une usine offshore avec des capitaux chinois, alors là c’est laisser rentrer des prédateurs en Calédonie et mettre en danger le cours du nickel ?

« Cette usine qui ferait de la fonte de nickel viendrait concurrencer les usines locales »

Ben oui, comme l’usine de Posco et comme la future usine avec Jinchuan, deux projets SMSP, concurrencent et concurrenceront les usines locales. Faites ce que je dis, pas ce que je fais. En même temps avec ce genre de raisonnement on ne va pas très loin : toute nouvelle usine, quelle qu’elle soit, concurrence celles qui étaient déjà là avant. Et en mettant plus de nickel sur le marché, on fait monter l’offre donc on crée une pression à la baisse sur le cours. Est-ce que ça veut dire qu’il faut arrêter de faire des usines ? Vraiment ?

« Le nickel n’est pas une ressource inépuisable. Rien ne sert de trop produire. »

C’est sans doute la raison pour laquelle il faut doubler la capacité de l’usine de Corée et extraire plusieurs millions de tonnes de minerai par an en plus rien que pour l’alimenter. C’est sans doute la raison pour laquelle il faut faire encore une nouvelle usine en plus en Chine. Autrement dit, la règle du nickel pas inépuisable ne s’applique pas à la SMSP, seulement aux autres.

Finalement, tout le discours est troué, creux et dissimulé : il faudrait racheter la SLN parce qu’Eramet est soumis au risque d’OPA, mais SMSP a donné des mines à Posco qui l’est tout autant. Il ne faut pas trop exploiter le nickel parce que la ressource est épuisable mais SMSP veut doubler les extractions pour l’usine de Corée et faire une usine de plus avec des chinois. Chinois avec lesquels c’est mal et dangereux pour la Calédonie de discuter, sauf quand c’est la SMSP qui pourrait en retirer des bénéfices. Il faut généraliser le schéma d’usines offshore alimentées par des petits mineurs mais surtout pas quand c’est une usine qui n’appartient pas à la SMSP.

Le problème dans tout ça n’est pas qu’un industriel fasse du lobbying pour sa propre société : avoir tout le minerai nécessaire, pouvoir nouer les partenariats les plus fructueux sont des objectifs normaux dans la vie des affaires. Le problème est que tous ces besoins « privés », ceux d’une seule société sur laquelle repose une tendance politique, celle de l’indépendance kanak socialiste, soient exprimés publiquement comme s’ils étaient au bénéfice de l’intérêt général, et en faisant l’impasse sur tous les éléments d’information qui donnent une vision différente. En somme, il ne faut surtout pas éclairer le débat…

De ce point de vue, le soutien sans faille de Calédonie Ensemble à cette stratégie est une énigme politique. Comme SMSP, ils veulent prendre le contrôle de la SLN. SMSP pour récupérer les titres miniers, CE pour… faire faire de meilleurs résultats financiers à la SLN qu’Eramet ? Comment ? En baissant les salaires ? Si on veut plus d’argent de la SLN il suffit d’arrêter de lui filer des pactes fiscaux et d’augmenter ses impôts. Comme SMSP, ils sont favorables au fait de construire des usines à l’étranger. SMSP pour accroître les bénéfices et diminuer les coûts de construction, CE pour… on ne sait pas très bien. Valoriser les minerais pauvres, apparemment. Ce point ressemble d’ailleurs plus à une pâle excuse qui leur aurait été vendue par SMSP qu’à une donnée de stratégie industrielle (vu que les minerais pauvres pourraient aussi être valorisés par des usines ici, et avec des calédoniens dedans en plus).

Bref on nous prend pour des billes… et les prédateurs ne sont peut-être pas ceux qu’on croit.

PARTAGER
Article précédentEpidémie et convoitise
Article suivantWamytan sur St-Louis : «Si [il] a quelque chose à dire, qu’il s’adresse au Haut-commissaire ! »
Magellan est un navigateur. Soucieux de regarder loin à l’horizon pour savoir dans quelle direction aller autant qu’à la verticale de la coque pour éviter les récifs, il observe avec curiosité. Eveillé récemment à la politique par plusieurs tempêtes, il s’interroge sur l’état du navire et sur la meilleure route à prendre. Ouvert à toutes les idées, pragmatique, avec une sensibilité particulière sur les sujets économiques, confiant dans l’équipage mais un peu moins dans la liste des capitaines possibles, il a pris le parti de se donner les moyens d’avoir ses propres opinions… et de les soumettre à la lecture des visiteurs de Calédosphère.
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
SCFX

Peut-être que Calédonie ensemble a compris que nous devons maitriser notre principale ressource naturelle ? Comme la plupart des pays qui n’en ont qu’une.Peut-être qu’ils ont compris que la politique loyaliste de dire « laissons le nickel à des Rothschild plutôt qu’au Kanak » est de courte vue ?Peut-être qu’ils négocient avec Paul une plus forte participation dans la STCPI et une entrée dans SMSP?C’est peut-être là la réponse à « l’énigme politique » de Magellan.

Rigoberto

Encore un accord occulte dans le dos des calédoniens, pourquoi cela n’est il pas discuté en public ?Ras le bol de toutes ces manigances.La SMSP super endettée ne cherche t-elle pas à mutualiser ses pertes en entrainant la Province Sud vers l’abîme et en dépeçant la SLN qui gagne de l’argent ?

7D

Et peut-être que t’as un bon raisonnement , en plus !

Père Beber
excellent article de MagellanA propos de CE effectivement on peut se poser la question ou est son intérêt?Dans d’autres réponses j’ai suggéré qu’en ce qui concerne les minerais à l’export une taxe ad valorem soit perçue pour qu’au moins le pays s’y retrouve un peu.La reprise  de la SLN par une majorité lokale poserait le problème du financement  de cette reprise et SURTOUT le financement de la modernisation  de Doniambo qui à l’heure actuelle ne gagne pas d’argent/Qui prêterait pour cette modernisation?les  banques?mais pourquoi le feraient elles  si la « garantie d  Eramet » cad de  l’Etat disparait?je vois bien d’autres financiers… Read more »
Floyd

Les minerais à basse teneur doivent être exploités quand le nickel deviendra une ressource rare dans le monde. La loi de offre/demande fera que l’on pourra les vendre à un bien meilleur prix qu’aujourd’hui. Ca me semble logique.

Didier Leroux
Un bel aricle de Magellan. Dans l’ensemble je me pose les mêmes qustions que lui. En revanche, je pense que l’arrêt de l’exportation de minerai par l’Indonésie (45 millions de tonnes en 2013) ouvre la voie à l’exportation limitée, mais à bon prix, de minerai de basse teneur que l’on ne pouvait pas commercialiser auparavant et que nos coûts d’exploitation ne nous permettent pas de transformer localement.  Le modèle à privilégier reste bien entendu l’usine de transformation installée en Calédonie. D’accord avec Magellan pour dire qu’il faut éviter que les  pays à bas coûts (salaires, énergie) ne viennent faire baisser le marché avec… Read more »
Nogius

Magellan, vous avez écrit : Le problème est que tous ces besoins, ceux d’une seule société sur laquelle repose une tendance politique, celle de l’indépendance kanak socialiste, soient exprimés publiquement comme s’ils étaient au bénéfice de l’intérêt général.
Bravo, cette phrase est à mon avis celle que vos lecteurs devront retenir en premier, surtout les lecteurs d’affinité indépendantiste. 

Rigoberto

Bravo pour cet article Magellan, Dang roule pour lui.KNS est surendettée, il faut de l’argent frais pour rembourser les 51 %, Dang possède environ 4% de KNS à titre personnel, ce qui représente 28 milliards de dettes sur son nom.La seule solution, prendre des titres miniers à la SLN pour les donner à la SMSP et exporter du nickel sur les usines offshore afin d’éviter le fiasco financier annoncé.Les employés de la SLN apprécieront.

Maender

Le projet de Dang, Mapou, Gomès ou encore Néaoutyine, n’est ni plus ni moins qu’une concession aux indépendantistes.

CE a crié sur les drapeaux qui ont une valeur symbolique, là ils préparent une concession qui a une valeur stratégique…

Floyd

Ca fait des années que CE milite pour ce projet.  Bien avant les dernières élections. Tu crois franchement que les loyalistes calédoniens aurait voté majoritairement pour Gomès si cette prise de participation majoritaire de la SLN n’était pas bon pour le Pays? Tu prend les Calédoniens pour des imbéciles ou quoi?  

Maender

Enfin, CE est le parti sorti premier des urnes, mais pas majoritaire.

Manu Point de départ

1° parti ou parti majoritaire ne veut de toutes façons pas dire parti honnête ni parti oeuvrant dans l’intérêt collectif. Cela démontre simplement que Gomès est plus machiavélique que les autres!

Maender

T’as qu’à croire. CE surf sur la vague des divisions qui secouent le camp loyaliste. Mais ce qui est certain c’est que CE n’est pas majoritaire. 

Floyd

CE est le plus grand parti loyaliste calédonien, les autres « hisseurs » de drapeau FLN ont PERDU la confiance de leur électorat. Dont acte. 

Maender

Qui plus est des loyalistes, notamment l’UCF, ont toujours combattu cette idée !

Maender
Comme indiqué dans l’article, personne ne sait pourquoi CE supporte ce projet. D’autant que l’argumentaire de Dang ne tient pas. Surtout que contrairement a ce que CE à souvent dit et répété : 1. ce projet ne créera pas d’emploi sur le territoire,  2. ce projet coûtera cher à la collectivité puisqu’il faudra payer la remise aux normes de l’usine,  3. ce projet fera perdre la main aux loyalistes sur la politique nickel,  4. ce projet servira la cause de l’indépendance Kanak socialiste.  CE fait comme d’habitude, ne pas dire ce qu’il fait et se camoufler derrière des rideaux de… Read more »
wpDiscuz