Nicolas Schmidt Vs Ronald Frere

28
665

elDeux visions de l’emploi local et de l’avenir du Pays s’opposent. La première, défendue par Nicolas Schmidt, Caldoche depuis 6 générations, et Ronald Frere qui s’exprime au nom du collectif pour l’emploi local et c’est plutôt pertinent. C’est vous qui le dîtes:

Lettre ouverte Au collectif contre l’immigration et pour l’emploi local

Quelle honte pour notre pays la Nouvelle-Calédonie que des individus aussi intolérants et racistes puissent manifester pour un contrôle de l’immigration en Nouvelle-Calédonie !

Ö Où sont les immigrés ? La Calédonie est un pays extrêmement vide (250 000 hts pour 20000 km2 soit à peine 13 habitants au km2) ; On se rapproche des densités désertiques d’Afrique du Nord !

Ö Qui sont ces immigrés ? Les indonésiens, vietnamiens, chinois, indiens, vanuatais, australiens, néo-zélandais….ou bien les métropolitains, polynésiens, wallisiens, antillais, réunionnais ?

Je crois que dans les deux cas on peut parler de xénophobie voire de racisme envers les communautés du Territoire. Des gens qui s’investissent et qui apportent leur richesse à la Calédonie.

Comme nous le savons tous, mais sûrement pas le « Collectif contre l’immigration et pour l’emploi local » ….le mot immigré signifie – Personne établie dans un nouveau pays après immigration – ! Or, jusqu’à preuve du contraire, nous sommes tous des immigrés ou descendants d’immigrés en Calédonie. Les seuls habitants légitimes de ce pays restent le peuple mélanésien.

Là encore, les responsables de ce collectif oublient leurs racines et renient sûrement leurs ancêtres !

Les plus grandes puissances de ce monde se sont construites sur l’ouverture vers l’extérieur. Les Etats-Unis d’Amérique (1ère puissance économique mondiale), accueillent chaque année près de 400 000 immigrés. Pourquoi ? Parce qu’ils reconnaissent très bien l’apport des immigrés à leur civilisation : Apport culturel, richesse intellectuelle entre autres, qui permettent de bâtir une nation forte et puissante ! Ici, c’est l’inverse qui doit prôner pour ce collectif : Refuser les immigrés, ne pas partager cette Terre, être égoïstes et xénophobes voire « métrophobes » !

Plus encore, vouloir établir une carte citoyenne, quel scandale ! Pourquoi ne pas nous faire porter une étoile jaune comme en 40 pendant la seconde guerre mondiale où l’on désignait la population juive par cet insigne sur la poitrine ! A ce rythme là, on aura des badges avec inscrit «  métro dit zoreil  », tahitien, wallisien, Chinois ou vietnamien !

A l’heure où l’on essaye de lutter contre le racisme et la xénophobie sous toutes ses formes, ce collectif attise les tensions raciales et fait ressurgir en les reproduisant, les erreurs coloniales du passé.

Enfin, pour l’emploi local, il est évident que la population locale doit être aidée, mais de la à faire du 100% local, il en va de la perte économique, intellectuelle et culturelle de la Nouvelle-Calédonie. Nous avons besoin de ce brassage intellectuel et nous avons aussi besoin d’un soutien financier extérieur, pour créer durablement des emplois. La Calédonie est un trop petit pays pour s’auto suffire au niveau économique. A l’inverse, poussons nos jeunes à chaque fois que cela sera possible à partir à l’étranger (France, Canada, Australie, Etats-Unis, Asie…) s’enrichir des cultures nouvelles. Ils en reviendront plus forts et mieux armés pour affronter les réalités de notre Territoire et lutter contre le racisme et l’incompréhension.

Nicolas Schmidt,

Français de toujours, Caldoche depuis 6 générations, fier de l’être, fier d’être antiraciste, fier d’être tolérant, fier d’enseigner les vrais valeurs de la République à mes enfants, fier d’avoir pour devise « Liberté – Egalité – Fraternité ». Reconnaissant à mes anciens de pouvoir m’exprimer en toute liberté contre cette médiocrité de pensée de ce collectif aveugle et intolérant.

——————————————————————————-

Réponse à la lettre ouverte de monsieur Nicolas SCHMIDT.

La lecture de votre lettre est très instructive et au travers de vos lignes, nous pouvons deviner une nature qui se cache en vous et que vous avez peut être peur de voir resurgir. Reprenons point par point votre argumentaire :

Tout d’abord lorsque l’on se targue de défendre les valeurs de la République Française et que l’on est fier de les enseigner à nos enfants, il faut commencer par les respecter. Monsieur  Nicolas  SCHMIDT  au  cas  où  vous  ne  le  sauriez  pas,  la  France,  que  vous défendez avec tant de vigueur a une constitution. Cette constitution est la loi suprême de la nation française lorsque les accords internationaux ne s’appliquent pas.  L’accord de Nouméa est inscrit dans le marbre de la constitution Française et cela a été approuvé par le peuple français à une très forte majorité et par 72% des électeurs calédoniens. De plus au préalable à cette consultation, et pour donner plus de force à cet accord, il a été ratifié  par  le  premier  ministre  de  la  France  d’alors,  Lionel  JOSPIN  et  le  ministre  de l’Outre  Mer  Jean  Jacques  QUEYRANNE.    N’oublions  que  Jacques  LAFLEUR,  Pierre FROGIER, Simon LOUECKOTE, Harold MARTIN, Jean LEQUES et Bernard DELADRIERE pour  le  RPCR  et  Rock  WAMYTAN,  Paul  NEAOUTINE,  Charles  PIDJOT  et  Victor TUTUGORO pour le FLNKS, sont signataires de ces accords.

Comme  nous  le  savons  tous,  à  part  vous  monsieur  Nicolas  SCHMIDT,  ces  signataires n’ont absolument rien à voir avec les jeunesses hitlériennes et ne sont pas issues du 3 ème REICH.  Alors  vos  petites  allusions  aux  étoiles  jaunes  sont  déplacées,  passéistes  et xénophobes.  Mais  peut  être  que  votre  mémoire  cellulaire  de  l’est  de  la  France  vous prend elle à contre pieds parfois par excès de nostalgie ?

L’étroitesse  et  la  médiocrité  de  votre  analyse,  mais  aussi  votre  méconnaissance  des choses publiques élémentaires et fondamentales, nous inquiètent pour l’avenir de nos enfants qui auront peut‐être la malchance de croiser l’enseignant que vous êtes dans leur parcours scolaire. En toute humilité nous allons essayer de vous éclairer sur les objectifs que nous nous sommes fixés et pourquoi nous avons constitués ce collectif.

Au  préalable,  notre  collectif  ne  fait  que  défendre  des  droits  que  nous  demandons d’appliquer  car  ils  sont  issus  de  l’Accord  de  Nouméa.  Les  élus  de  la  Majorité  d’alors n’avaient  pas  eu  le  courage  politique  d’honorer  leur  signature  bien  qu’ils  devaient appliquer ces transfert de compétence dès la première mandature de l’accord.

En effet l’article 3.1.1. stipule,  très clairement et nous le citons : « Le droit à l’emploi local,  la  Nouvelle  Calédonie  mettra  en  place,  en  liaison  avec  l’Etat,  des  mesures destinées à offrir des garanties particulières pour le droit à l’emploi de ses habitants. La réglementation sur l’entrée des personnes non établies en Nouvelle Calédonie sera confortée ». Comme vous pouvez le constater, rien de xénophobe, rien d’anti zoreille, rien de renier dans nos origines, seulement une volonté de respecter des engagements.  L’Etat Français, le pays des droits de l’homme, a même le devoir de nous aider.

La philosophie de notre démarche est simple et lorsque les calédoniens ou même les métropolitains cherchent à comprendre le sens de notre revendication et que nous leur expliquons, ils y adhèrent sans exception.

1/. Sur l’emploi local.

L’accord  de  Nouméa  est  un  accord  de  transfert  de  souveraineté,  c’est  à  dire d’accession à l’indépendance. Oui d’accession à l’indépendance. Ces transferts sont irréversibles constitutionnellement. La France nous transmet réellement une partie de sa souveraineté et cela se fait progressivement avec un calendrier prévu dans l’accord de  Nouméa.  Nous  sommes  déjà  indépendants  pour  la  Santé,  l’Economie,  la  Fiscalité, l’Education Primaire, le sport, le droit du Travail et la Formation. Nous partageons cette souveraineté en matière de coopération régionale. Malgré ce que peuvent dire certains détracteurs ou bonimenteurs qui jouent sur les mots, c’est un transfert de souveraineté sinon nous serions dans le cadre d’une décentralisation de compétences. Ce que nous disons et ce que nous voulons, c’est que cette réalité soit prise en compte et il  nous  appartient  de  réagir  car  nous  ne  pouvons  nous  contenter  et  c’est  notre responsabilité de parents et de citoyens calédoniens, d’accepter la philosophie actuelle qui prévaut et qui prône le principe d’aller chercher les compétences ailleurs.  Nous pensons à 2018 et il nous reste 10 ans pour préparer et armer nos enfants. C’est ce que  nous  défendons  avec  force  et  conviction,  et  nous  luttons  contre  ce  marché  de l’emploi extérieur qui s’est organisé par le biais de réseaux très réactifs au détriment de nos enfants et ce, avec l’assentiment de nos élus. Combien de temps avez vous, vous même, attendu pour revenir de France et car les emplois étaient occupés par des professeurs métropolitains.

2/. Sur l’immigration.

A aucun moment vous avez entendu le collectif prôner le renvoi de quelqu’un ou de refuser  la  venue  de  personnes  sur  le  Territoire.  Le  collectif  défend  le  contrôle  de l’immigration choisie non pas pour se refermer et par peur d’autrui, mais pour préserver les structures sociologiques de la société calédonienne qui ne sont pas prêtes et qui sont
toujours très fragiles. Monsieur Nicolas SCHMIDT, vous le chantre de l’ouverture, pouvez vous nous dire à quoi cela sert d’encourager des gens à venir s’installer si nous ne pouvons pas les accueillir dignement,  d’autant  que  nous  savons  que  leur  installation  se  fera  au  détriment  des nôtres. Pour mémoire, Ils manquent sur le Territoire 10 000 logements, nous avons une capacité de construire environ 700 logements par an et 12 000 personnes sont dans les squatts dans la périphérie urbaine de Nouméa. Cette fracture sociale est réelle et c’est la population calédonienne dans son ensemble qui paie la facture et qui en supporte le  coût social, (augmentation de la délinquance, de l’insécurité,..).  Nous sommes aussi très ouvert à la venue de personne, mais comme pour  les grands pays que vous citez en exemple, nous revendiquons le droit de la choisir. (Australie, USA, Nouvelle Zélande).

Pour cela, nous prônons simplement que le bien être de nos populations et le un souci d’harmonie  sociale,  permettant  consolider  les  structures  sociales  de  notre  société doivent être prioritaire dans la définition d’une politique d’accueil et d’ouverture. Nous n’en  avons  pas  les  moyens  financiers,  sociologiques  même  si  ce  pays  est  désertique, d’accueillir tout le monde. Aucun pays dans le monde ne le fait.

3/. La carte citoyenne

Cette disposition est prévue dans l’article 2 de l’accord de Nouméa et prévoit la mise en place  d’une  carte  citoyenne  pour  favoriser  l’émergence  d’une  identité  liée  à  la communauté  de  destin  que  nous  sommes.  Pour  votre  information,  la  constitution française reconnaît trois citoyennetés : Européenne, française et calédonienne. Nous pensons que cette disposition favorisera l’émergence d’une identité calédonienne et qu’elle facilitera grandement les rapports entre les ethnies qui sauront désormais se reconnaître.  Si vous aviez suivi un tant soit peu les débats que nous avons partagé avec beaucoup de monde, nous avons déclaré que la mise en place d’une citoyenneté était fondamentale car  elle  allait  permettre  de  clarifier  les  conditions  d’ouverture  et  de  refus  pour  les populations arrivées après l’accord de Nouméa.  Vous  voyez  monsieur  Nicolas  SCHMIDT,  nous  sommes  comme  vous  caldoches  de plusieurs  générations,  nous  sommes  Kanaks  implantés  depuis  des  millénaires,  nous sommes des wallisiens, des vietnamiens, des indonésiens, des antillais, des tahitiens ou des métropolitains arrivés avant 1998, en fait nous sommes tous citoyens calédoniens unis dans cette communauté de destin.

Nous avons à vos yeux et ceux de nos détracteurs, fraîchement arrivés qui n’ont pas pris la peine de nous écouter, le tort de vouloir appliquer une loi constitutionnelle, le tort de vouloir  protéger  et  préparer  nos  enfants  à  un  destin  commun,  le  tort  de  vouloir préserver ce que nous sommes, notre culture, nos façons de vivre et de préserver notre paix sociale.  Ici ce n’est plus la France, c’est un Pays d’Outre Mer, qui a la compétence de mettre en valeur ses particularismes. C’est un pays fort de son potentiel et riche d’une étonnante diversité  culturelle  que  nous  voulons  préserver  au  détriment  d’une  poignet d’aventuriers en mal de vivre dans ce si grand pays que vous vénérez. Sachez, qu’ils ne nous apportent pas leurs richesses comme vous le prétendez, mais qu’ils viennent la prendre, car ce pays est riche.  Cette terre appartient à nos enfants et ce sont eux qui feront le pays, nos ancêtres nous l’ont protégée et transmise.

Pour le collectif pour l’emploi local.

Ronald FRERE.

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Popaul

Schmidt est aussi Calédonien que mon con de Gosse ou que l’insipide président des pionniers (qui n’en sont d’ailleurs pas, ces clowns): ils pourraient être là depuis 25 générations qu’ils seraient toujours aussi étrangers à cette terre, avec leur BBR, leur pognon, la Frônce, la tour Eiffel, pigalle, le pape, ragnagna….
Faut dire qu’y même des Kanak qu’ont réussi à devenir aussi bons que ces gens là avec leurs références papales, pipales, popales, pue pâle…
Mwarf, Mwarf, Mwarf, Mwarf, Mwarf…

Marie
Bonjour, je suis une mélanésienne donc une kanak, et je n’ai lu que la partie où Mr Schmidt parle de son avis sur l’emploi local. Pour lui, il est contre , je trouve que pour lui c’est facile de dire ça vu que ses ancêtres viennent de France mais je ne permets pas de le juger mais je trouve hypocryte de dire que la Nouvelle-Calédonie appartient qu’aux immigrés que lui même cite que jusqu’à 6 générations il est d’ici. En lisant son exposé d’opininons il croit qu’avec des gens d’ailleurs il y a plus d’intelligence en Nouvelle-Calédonie mais lui il… Read more »
tardy
Monsieur Ronald Frère, avec son Collectif contre l’immigration et pour l’emploi local, veut-il procéder comme les gens d’Unia qui ont expulsé une bonne centaine d’hommes, de femmes, d’enfants, de vieillards qui ne leur plaisaient pas, vers des terrains insalubres, sous la pluie, sous des bâches, dans la boue et sur la terre battue, et toujours avec les belles paroles et les grands palabres ? Boue de paroles, terre d’exclusion… Veut-il aussi expulser quelques milliers de zoreilles qui ne lui plaisent pas le Grand Soir venu, et toujours avec les belles paroles, les grands palabres et les meilleures intentions du monde… Read more »
gianni
REFLEXION A PROPOS DU COURRIER DE MR GIANNI MERCURY La période des élections est propice au débat et il est bien de confronter nos idées. Je vous remercie pour vos propositions qui sont arrivées sur ma boite mail et à mon tour je souhaite apporter un regard fondamentalement différent et soumettre à la réflexion des lecteurs de votre liste mail cette analyse. Tout d’abord je n?emploierai pas, par respect pour nos congénères le terme de “moutons dormeurs” mais il est vrai que nous sommes tous dormeurs, suiveurs, fatalistes, attentistes et surtout peu courageux et pas décidés à nous prendre en… Read more »
yoan
Arike la bande, j’ai toujours autant de déception à relire les memes anneries à chaque échanges avec des loyalistes. Il faut toujours réexpliquer les memes choses, entendre les memes choses. Est ce que c’est une histoire de cadre de référence ou de l’entétement à croire que les problémes de notre pays doivent se régler de la meme maniére qu’en France? On retombe sans cesse sur cette notion de raciste! moi je revendique mon indépendance, un droit reconnue par les instances internationales, par la france et les gens qui ne veulent pas lévent l’eventail du racisme et de la xénophobie. C’est… Read more »
tfou kwa

pour le moment YOAN profite du beurre et l’argent du beurre comment peut ‘ont exprimer tant de rancune envers un pays qui en ce moment le forme dans ses études pour son avenir la reconnaissance du ventre est aléatoire chez lui

CP

Quand je lis #19 je suis horrifié !!
Voilà un bel exemple de racisme, discrimination et tous les adjectifs qui vont dans le même sens !
Avec ces idées, la construction d’un destin commun est bien compromise.
JM : quand je parlais de “VOUS”, #19 en est le parfait exemple !!!
#19, Yoan : tu dois avoir certainement avoir un grave problème existentiel et peut-être même un complexe d’infériorité pour avoir peur des “immigrés”, te fermer aux autres et au monde avec tes idées indépendantistes…

Décidément, nous ne mangeons pas les même rillettes !!!

JM@rc
Salut Yoan #19 tu te trompes : le racisme dont parle certains ne concerne pas la revendication de citoyenneté mais le débat sur “l’emploi local” et la discrimination (“positive” si on est du bon coté de la barrière) qu’il induit. Parce que dans TA tête c’est bien clair, “à compétence égale on donne le travail à un local plutôt qu’à un étranger”, mais la tête du commun des mortels de ce pays (et tu le sais parfaitement) ça devient “un blanc zoreille ne doit pas venir travailler chez nous, il doit dégager” quand on parle de racisme, de discrimination ethnique,… Read more »
m@chin
“Les gens qui ne respecte pas les calédoniens ne seront jamais à l’aise dans notre pays.” j’ai un profond respect pour les gens de ce pays. Par contre j’ai l’impression que certains (il ne faut pas généraliser) ne me respectent pas, simplement parce que je viens de la métropole (voir le message précédent). Est ce que cela est normal? le respect ne doit-il pas être mutuel? peut-on rejeter quelqu’un simplement de par son origine? Je ne suis pas venu ici pour prendre le travail de quelqu’un, réclamer le droit de vote ou profiter des avantages locaux… je pensais découvrir une… Read more »
yoan
arike la bande, c’est un débat sans fondements, se faire traiter de raciste parce qu’on revendique une citoyenneté pour ce pays, parce qu’on souhaite avoir un socle commun pour qu’on puisse décider de l’intégration des gens qui viennent y vivre. Le peuple kanak s’ouvre aux autres, fait des concessions, tout comme les autres populations qui ont participé à la construction de ce pays. Jusqu’à quand vous n’allez pas jouer le jeu de l’émancipation! Nous comparer à des racistes! Qui a été coloniser? Vous etes chez qui ici? Quel humiliation de vous lire! est ce qu’on sera assez patient pour tout… Read more »
wpDiscuz